mardi 30 juin 2015

Une personne n'est personne sans d'autres personnes

Proverbe zoulou.

Quand, à Seattle, l'idée d'ouvrir une école maternelle dans une maison de retraite prend forme...
Je vous  laisse regarder la suite...

lundi 29 juin 2015

Acte I, scène 35 : Effet miroir

Les cheveux lâchés, c'est tellement mieux...




L'Albatros, sa mère. Elles sont dans le métro. L'Albatros accompagne sa mère au boulot parce qu'elle est déjà en vacances (thanks le brevet, le bac...). Sa mère l'a obligée à attacher ses cheveux - quelle marâtre- au lieu de les laisser pendouiller lamentablement.

Assise sur un rang parallèle à la fenêtre du métro, l'Albatros exerce son talent de mime grotesque. sa mère fait genre elle n'a rien vu (mais rit intérieurement un peu quand même) quand soudain l'Albatros dit :
"C'est nul cette queue de cheval. ça me va tellement pas que j'ai mal aux yeux en me regardant"

jeudi 25 juin 2015

Le mercredi c'est bibli : Fugue polonaise


Coup de coeur parmi mes dernières lectures.
Cette fugue polonaise est passionnante, inattendue parfois, troublante assurément.

mercredi 24 juin 2015

Les zèbres et l'épuisement parental...




En cette fin d'année, les parents de zèbres sont parfois encore plus fatigués que les autres (qui ont déjà atteint des sommets...)
Tout aussi charmants soient nos enfants, il demeure que, souvent, les zèbres peuvent épuiser leur entourage et plus particulièrement leurs parents qui sont leurs premiers interlocuteurs, ceux qui garantissent le cadre sécurisant dans lequel ils s'ébattent et dont ils essaient régulièrement de repousser les limites.
Sainte patience...
Pendant les repas qui ressemblent à une porcherie, ou personne ne tient en place ou au contraire personne n'avance...
Pendant les devoirs laborieux ou alors le grain de sable qui empêche toute la machine d'avancer tel un bug informatique
Quand nous sommes fatigués par manque de sommeil ou parce que d'autres soucis nous assaillent...
Quand ils doivent supporter la frustration, l'attente...
Quand l'enfant est tellement dans son monde qu'il n'entend pas
Quand dès le matin on se sent agressé par le ton du zèbre...et ses jugements péremptoires
...

lundi 22 juin 2015

Fin d'année...


Chères lectrices, chers lecteurs,

En cette fin d'année, je suis un peu moins présente par ici. De nombreux articles sont en préparation mais le temps me manque pour peaufiner, organiser, illustrer ces billets.
Je compte sur votre patience pendant quelques jours encore, le temps que toutes les kermesses, auditions, réunions, bilans, spectacles, dîners de fin d'année, etc...aient eu lieu.

jeudi 18 juin 2015

mercredi 17 juin 2015

C'est l'histoire de....

Allez les filles, encore un p'tit effort et la chambre sera rangée...


C'est l'histoire d'une famille, d'une fratrie dont l'un des membre part en voyage scolaire.
C'est l'histoire d'une maman qui ne souvenait plus que sa grande était partie et qui a retrouvé ses deux du milieu assis devant la porte d'entrée parce que leur soeur ne pouvait évidemment pas ouvrir.
C'est l'histoire d'une arrivée calme à la maison.
C'est l'histoire de trois enfants qui voulaient dormir ensemble et d'une maman qui leur avait dit OK, mais chambres parfaitement rangées sinon NIET.
C'est l'histoire d'une maman qui avait failli devenir folle parce que depuis....pffff....bien longtemps, elle n'avait pas vu l'ombre d'une chambre correctement rangée et que ça commençait à la gaver grave que rien ne soit fait.
C'est l'histoire de trois enfants qui ont rangé tout impeccablement en une heure, aspirateur compris après une journée d'école.
C'est l'histoire d'une hallucination maternelle. Oui, on peut se battre pendant des jours et ne rien obtenir et là, un petit changement et hop plus de problème.
C'est l'histoire de la motivation de nos enfants, une motivation définitivement bien versatile.
C'est l'histoire d'une mère qui a pu profiter de la vue des chambres rangées pour une fois.
Hummm....

lundi 15 juin 2015

Nouvelles fraiches du cerveau



Et de l'influence de l'éducation sur le cerveau. Une vidéo un peu longue mais qui explique les dernières découvertes en neurosciences, notamment dans le domaine affectif.
Quand les sciences confirment ce qui était fait empiriquement.
Un point de vue scientifique qui éclaire nos possibilités d'actions et notre GRANDE responsabilité d'éducateur...(toujours cette fichue exemplarité).
Catherine Gueguen souligne d'ailleurs que nombre d'entre nous n'ont pas nécessairement reçu ce que les neurosciences préconisent et qu'il y a donc nécessité de se former. Notamment au sujet de l'empathie, de la communication non violente, de la bienveillance, etc.. Bon ben voilà....Je sais ce qu'il me reste à faire...

Bon début de semaine à tous et à toutes !

jeudi 11 juin 2015

Zèbres et fratrie : tout un programme...



Grandir avec un frère ou une soeur qui a des besoins particuliers n'est pas toujours simple. On se sent un peu laissé de côté, pas envie d'en rajouter sur les épaules des parents qui ne s'en sortent déjà pas, on a du mal à comprendre ce drôle de zèbre qui nous rend parfois la vie difficile. On ne comprend pas ce qu'il se passe, on souffre de ces différences d'attention....Difficile de trouver sa place. 

mercredi 10 juin 2015

Le mercredi c'est bibli : Danser et bouger au rythme des musiques du monde


Voici un joyeux livre pour les enfants (et leurs parents) pour passer de délicieux moments de rire, de relaxation, de gym, de pause, de complicité. Testé dans ma classe, je vous mets juste en dessous la chanson qui a le plus de succès.
C'est un bon mélange de relaxation, de chanson, d'humour qui remporte un succès fou auprès des 4/5 ans !
Pour ceux qui font du yoga, ils trouveront cachés derrière ces petits jeux chantés un certain nombre de gestes et postures.
Je m'en sers pour faire un break, reconcentrer le club des joyeux mirlitons avant de passer à une autre activité.  Je pense qu'en utilisation familiale il peut apporter tout autant de bienfaits à commencer par un bon moment passé ensemble. Les musiques sont mignonnes, les mélodies agréables (ce qui n'est pas toujours le cas dans les chansons pour enfants, hum, hum), les textes faciles à reprendre et les annotations faciles à exécuter.
Une page sur deux est consacrée à des petits mouvements, petits jeux gestués et/ou sensoriels qu'on peut faire avec les enfants autour d'une petite histoire, la deuxième page étant elle dédiée à une chanson gestuée comme celle ci-dessous.
La gageure de ce livre c'est d'arriver à réaliser des petits exercices de relaxation simples, de jeux sensoriels avec de jolies musiques et un réel savoir-faire technique. On est souvent arrêté dans ce type de livre par la difficulté des mises en oeuvre mais ce n'est vraiment pas le cas ici !
On met le CD dans le poste, et c'est parti !

Pour les petits zèbres, c'est pas mal non plus ! Avis aux concernés !



lundi 8 juin 2015

This moment


Avant-hier fut un grand jour pour le P'tit Prince, un jour de Grand Bonheur pour toute la famille.
Un jour pour se retrouver en famille et entre amis pour une raison Essentielle.

Un jour qui a vu fleurir d'autres bonheurs.
Le bonheur de jouer et de refaire le monde entre amis pour les enfants
Le bonheur de retrouver des amis chers
Le bonheur de voir le P'tit Prince heureux

Et....Le bonheur de voir que ses enfants ont grandi et qu'ils filent naturellement et joyeusement un coup de main au moment de ranger tout...Un pur bonheur de maman !


jeudi 4 juin 2015

Et puis...



Une fois le test passé, les conseils du psy accueillis, nous v'là bien avec notre individu bizarre sur les bras. En fait, c'est le même qu'avant mais nous avons désormais (quand on est tombé sur un bon psy) quelques clés de compréhension, et pas des moindres.

Bon.
Ok.
Mais, en vrai, on fait quoi maintenant ?

mercredi 3 juin 2015

Le mercredi c'est bibli : Cherchez la femme

Crédit photo : DR

Alice Ferney, si vous n'avez pas encore goûté l'un de ses livres (Conversation amoureuse, Grâce et dénuement...), est un écrivain qui cisèle ses personnages, qui nous parle de ce qu'ils sont, de ce qui les meut dans l'existence, de toute la complexité de leur psychologie, tout en nuance, en interactions avec les rencontres de leur existence, ce qui les a façonné par le passé, voire même ce qui a préexisté avant qu'ils n'arrivent au monde.
Dans ce roman, Alice Ferney s'attaque au couple avec deux couples qu'elle dépeint habilement. Deux générations d'une même famille. Elle croque (et le mot est bien faible) tous les tenants et aboutissants des choix de vie, ceux qui sont réfléchis, ceux qui sont fait sous la contrainte, ceux qui sont de l'ordre des conventions, ceux que l'on souhaite ardemment, parfois en dépit du bon sens, ceux qui sont franchement irrationnels.
C'est tellement fin que cela en est cynique parfois. Il y a l'aspect implacable de l'histoire de chacun qui s'impose dans les choix de sa vie sans crier gare...
Il y a cette manière incroyablement bien vue de décrire la vie de couple, pas forcément dans ce qu'elle a de plus reluisant. Elle va chercher ce qui se cache derrière la façade bien lisse, cette vie si "réussie". 
Peut-être aussi un livre à lire avec son mari, avec sa femme, parce qu'il appelle l'échange sur le sujet. Un livre qui fait réfléchir sur nos propres choix et sur la liberté de chacun.

Pour me rejoindre sur Facebook, c'est par ICI !


mardi 2 juin 2015

Faire et parfaire...



L'autre jour, j'avais partagé sur Facebook cette image trouvée je ne sais même plus où (auteur, si tu te reconnais, dis-le moi !) et je trouve qu'elle résume assez bien la tentation du perfectionnisme et ses effets pervers.
Chez nous, on appelle ça "Le mieux est l'ennemi du bien".
Mais je trouve que la formulation "Fait est mieux que parfait" s'applique mieux à notre quotidien de maman (bizarrement c'est moins le cas pour les choses du quotidien en ce qui concerne les papas, on se demande pourquoi ;-)
En effet, il n'est pas rare de vouloir faire un super génial gâteau d'anniversaire, tellement génial que finalement on a envoyé bouler tout le monde et on a été franchement désagréable pour y parvenir.
Ah, c'est sûr, notre maison est briquée de fond en comble, mais nos enfants n'ont pas trouvé d'oreille attentive pour se confier.
On est super au point sur les inscriptions aux activités, les gâteaux pour la kermesse, les quinze réunions de la semaine et j'en passe...mais on a pas passé une seconde agréable avec les siens.

Alors...dans le même veine que notre histoire de Marthe et de Marie, remettre chaque nécessité à sa juste place, faire de son mieux mais sans en faire trop...Encore un numéro  d'équilibriste que cette petite phrase peut aider à équilibrer.

Pour me rejoindre sur Facebook, c'est par ICI !


lundi 1 juin 2015

Je fais ma part...




Je vous mets le texte en dessous pour celles et ceux qui ne peuvent ou ne veulent voir la vidéo (c'est un texte simplifié, pas tout à fait identique à celui raconté par ZAZ, mais c'est bien la même histoire).

Cela se passe dans la forêt amazonienne. Dans cette forêt, l’on voit des arbres à perte de vue, mais en regardant un peu mieux, on aperçoit un arbre plus grand et plus haut que tous les autres.
Cet arbre, il a des branches qui disent : "  Venez à moi, peuple des oiseaux ! Venez à moi, je vous accueille ".
Et tout ce petit monde piaille, joue, discute … vie en harmonie.
Mais un jour, arrive un grand malheur, l’arbre prend feu, les oiseaux impuissants s’élèvent dans le ciel contemplant leur arbre partir en fumée.
A travers la fumée, ils distinguent un petit oiseau qui va à la rivière prendre une goutte d’eau dans son bec et la déposer sur l’arbre. Il retourne à la rivière prendre une goutte d’eau dans son bec et la jette sur l’arbre et retourne encore à la rivière inlassablement, prend une goutte d’eau dans son bec et la dépose sur l’arbre.
Et ce petit oiseau, c’est colibri. Vous savez, ce petit oiseau multicolore avec un long bec pour sucer le nectar des fleurs.
" Mais colibri, que fais-tu ? Viens ! Cela ne sert à rien, viens rejoins-nous ! "
" Je fais ma part, je fais ma part, je fais ma part de travail pour éteindre le feu ! "
" Et vous aussi, vous aussi venez faire votre part, faire votre part ! Votre part de travail pour éteindre le feu. "
Les oiseaux se regardent, perplexes. Et dans un même élan, ils s’élancent vers la rivière, prennent une goutte d’eau dans leur bec et la déposent sur l’arbre, puis retournent à la rivière prendre une goutte d’eau dans leur bec et la jettent sur l’arbre et retourne encore à la rivière, inlassablement prennent une goutte d’eau dans leur bec et la déposent sur l’arbre.
Et ces millions de gouttes d’eau forment une pluie si fine et si dense que le feu finit par s’éteindre.

Depuis ce jour, l’arbre reverdi, l’harmonie est revenue en son sein et chacun a gardé en mémoire qu’il doit faire sa part.

Pour me rejoindre sur Facebook, c'est par ICI !