jeudi 31 octobre 2013

Goûte-moi ça


L'Albatros a les 5 sens bien aiguisés. Elle ne perd pas une occasion de s'en servir en :
- laissant traîner ses oreilles qu'elle a fort grandes
- humant toute substance olfactive dans l'air, sur les objets et sur les gens
- regardant tout ce qui se passe autour d'elle, on ne sait jamais, elle pourrait perdre une miette du spectacle (cela nous a valu de belles crises de nerfs en voiture quand elle était bébé. Plutôt crever que dormir)
- touchant tout ce qui est à sa portée  : purée, ketchup, sauce, peau, textures diverses
- Et enfin, en goûtant ce qu'elle a préalablement touché (je vous laisse imaginer l'état des mains après une journée d'exploration intense).

Elle se sert de tout ses sens à bon escient. Ou pas .

Aussi, cet été, a-t'elle pu déguster une fiente de mouette tombée sur la table (mais Maman,euh, je croyais que c'était du chocolat) et une mouche qui avait élu domicile dans son bol de lait.
Cela n'arrive qu'à elle...

mercredi 30 octobre 2013

mardi 29 octobre 2013

Il vend du rêve


Le Grand Blond a de l'imagination. Beaucoup. Il est capable d'emmener ses enfants à "Deauville" en voiture de luxe rien qu'en les asseyant devant une fenêtre ouverte de notre appartement en faisant le bruit du moteur.
Ce n'est pas le seul de ses faits d'armes imaginaires.

jeudi 24 octobre 2013

On fait la ronde ?


Oui, mais la ronde des compliments.

Au cours du repas familial, pourquoi pas au début, ou bien au petit déjeuner pour bien commencer la journée. Prendre le temps de dire ce que l'on aime chez les uns et les autres. Une petite gymnastique du coeur qui change tout !
A chaque famille ses règles : on commence par le voisin de droite, ou bien du plus petit au plus grand ou encore l'inverse et chacun dit un compliment à la personne suivante. Tout le monde le fait, bonne humeur garantie.

On peut aussi le faire avec "une chose que j'ai aimée aujourd'hui"...Douceur de vivre garantie !

mercredi 23 octobre 2013

Acte I, scène 16 : Cheeese !


L'Albatros, sa mère, les autres autour. Ils sont à table. Le P'tit Prince  vient de perdre une dent. C'est l'évènement du jour. L'Albatros prend la parole devant tous :

- Maman, passe encore que tu veuilles me faire croire à la petite souris, mais est-ce que tu pourrais me donner des petits cadeaux au lieu de l'argent ?


mardi 22 octobre 2013

Une étrange sensation


Il est des livres comme des rencontres entre les personnes. Un jour, sans savoir pourquoi, sans crier gare, sans faire exprès, par le plus heureux des hasards, un livre arrive entre vos mains.

lundi 21 octobre 2013

Fratrie...


Les vacances, enfin. Voir ses enfants rapporter leurs cahiers d'école dans des sacs aussi gros qu'eux.
Préparer le repas. Entendre en fond sonore la petite bande chanter ensemble, sans se disputer, les comptines du cahier de Milou. Pur moment de bonheur maternel.

vendredi 18 octobre 2013

Acte II, scène 23 : Tout augmente


Le P'tit Prince, son père. C'est l'heure du coucher. Le P'tit Prince vient de perdre une dent. D'ordinaire, la mère, en bonne souris qui se respecte, glisse sous l'oreiller une petite pièce ou un petit cadeau symbolique.

- Papa ?
- Oui
- Je sais ce que la petite souris va déposer sous l'oreiller...
-Ah bon ?
- Bah oui, la pièce, je l'ai déjà eue, le petit cadeau, je l'ai déjà eu. Je vais donc avoir un billet !

jeudi 17 octobre 2013

Où, après avoir parlé nageoires, l'on parle cobaye

Cette année, et pour la première fois depuis biiiiiiieeeen longtemps, nous regardons la télévision (que nous avions depuis longtemps mais sans la regarder). Enfin, plutôt ils regardent la télévision et ça nous change la vie.
Qui ils ?
Nos enfants.
Devant la télévision ?
Bah....C'est pô bien, j'espère au moins que c'est pour regarder un DVD dûment choisi par leurs parents...
Bah non, non plus.

Pour la première fois, nous réalisons un beau planté de lardons devant une émission. Et nous rendons grâce à sainte télévision de nous en avoir envoyé une belle, une qui les captive, une qu'on entendrait une mouche voler tellement ils sont scotchés, une qui nous permet de dîner tranquillement en amoureux le dimanche soir, une qui les motive tellement que les chambres sont rangées parfaitement en 10 minutes, une qui les fait dîner à l'heure des maisons de retraite sans que personne ne bronche, une qui les fait ranger leurs assiettes en 30 secondes top chrono, une qu'ils ne voudraient manquer pour rien au monde...

La Mary-Poppins des émissions de télévision :


On n'est pas que des cobayes
le dimanche soir sur France 5 à 19h
(elle est diffusée aussi le vendredi soir, mais à 20h45, beaucoup moins intéressant pour les avantages collatéraux...)
Des expériences sérieuses, des expériences drôlissimes avec une équipe de choc ! 
De quoi titiller le petit scientifique qui sommeille en chacun de nous...



AGATHE ET SA BANDE




mercredi 16 octobre 2013

Le mercredi c'est bibli : Une bibliothèque idéale


Je ne sais pas comment cela se passe chez vous, mais dans notre bibliothèque municipale, il est très difficile de se repérer et de trouver des livres vraiment sympa à proposer à nos enfants. A chaque fois, je me promène dans les rayonnages à la recherche du livre qui fera "tilt". Je perds du temps, beaucoup de temps pour finalement revenir avec un bouquin moyen, pas initéressant mais pas non plus ce que je voudrais transmettre à mes enfants. Pas passionnant...Et quand je demande de l'aide aux bibliothécaires, c'est encore pire (je me retrouve avec dans les mains un roman qui raconte l'histoire d'une fille aux tendances suicidaires dont la baby-sitter  a 15 amoureux en même temps et dont les parents viennent de divorcer, la faute au demi-frère qui est vraiment un sale gosse qui  fume du shit et que ça tombe bien pour tout le monde parce que finalement le papa a trouvé un amoureux et la maman une amoureuse et tout finit pour le mieux dans le meilleur des mondes...Le tout émaillé de mots tous plus grossiers les uns que les autres...Elle est pas belle la vie hein ?- je vous la fait courte mais j'exagère à peine ).

mardi 15 octobre 2013

Acte I, scène 15 : Chouin chouin


L'Albatros, sa mère et tous les autres membres de la famille. Ils sont dans la voiture pour aller fêter les 90 étés de leur arrière-grand-mère.

- Houin, houin, snif,snif, ouinnnnnnnn,ouinnnnnn,  OUINNNN, OUINNNN

- Chut ! Un peu de calme derrière !

- Houinnnn, HOUINNN, snif, ouinn, ouin,snif, bouhhouuuuuuu

- CHUT !!!!

lundi 14 octobre 2013

Bénéfice

Des petits enfants tout contents de s'être fait offrir une crêpe (sans avoir rien réclamé !) par une grande tante désirant profiter de ce délicieux moment ensemble. Vive les fêtes de villages à l'ambiance bon-enfant.

« Faites le bien, par petits bouts, là où vous êtes 

car tous ces petits bouts de bien, une fois assemblés, 

transforment le monde »

Desmond Tutu, archevêque anglican sud-africain, prix Nobel de la paix en 1984.

vendredi 11 octobre 2013

Hummmm...


"Le jour que nous reçûmes la visite de l'économiste, nous faisions justement nos confitures de cassis, de groseille et de framboise.
L'économiste, aussitôt, commença de m'expliquer avec toutes sortes de mots, de chiffres et de formules, que nous avions le plus grand tort de faire nos confitures nous-mêmes, que c'était une coutume du moyen âge, que, vu le prix du sucre, du feu, des pots et surtout de notre temps, nous avions tout avantage à manger les bonnes conserves qui nous viennent des usines, que la question semblait tranchée, que, bientôt, personne au monde ne commettrait plus jamais pareille faute économique.
Attendez, monsieur! m'écriai-je. Le marchand me vendra-t-il ce que je tiens pour le meilleur et le principal ?
Quoi donc? Fit l'économiste.
Mais l'odeur, monsieur, l'odeur! Respirez : la maison toute entière est embaumée. Comme le monde serait triste sans l'odeur des confitures!
L'économiste, à ces mots, ouvrit des yeux d'herbivore. Je commençais de m'enflammer.
Ici, monsieur, lui dis-je, nous faisons nos confitures uniquement pour le parfum. Le reste n'a pas d'importance. Quand les confitures sont faites, eh bien! Monsieur, nous les jetons.
J'ai dit cela dans un grand mouvement lyrique et pour éblouir le savant. Ce n'est pas tout à fait vrai. Nous mangeons nos confitures, en souvenir de leur parfum."
GEORGES DUHAMEL, Fables de mon Jardin
(7ème édition, Mercure de France, Paris, 1936)

Qui va se régaler cet hiver ? Qui ?

mercredi 9 octobre 2013

7


7 ans et deux dents de tombées.
Seul garçon parmi les crêpeuses de chignon, ce n'est pas tous les jours facile !
Avec tes 7 ans arrive l'affirmation de toi comme vrai petit mec (tu mets le paquet ...Un peu trop?)
Tu rêve de changer de maison pour avoir enfin ton coin rien que pour toi, un jardin pour pouvoir vraiment te défouler. Tu me demandes chaque matin si ce n'est pas au programme du jour...
Parfois sur ta planète, tu n'allumes pas de réverbères mais tu te fabriques ta petite philosophie de vie (et ça nous fait bien rire !)
7 ans. L'âge de raison ? 
Tu es déjà très raisonnable, ne comprenant pas pourquoi les enfants de ta classe ne se taisent pas quand la maîtresse le demande. C'est vrai quoi, ils sont bouchés les autres ?
Hypersensible, c'est difficile pour toi de gérer les émotions qui t'envahissent parfois (notamment face à tes soeurs).
Elu frère préféré par la Paupiette, tu te régales quand elle vient te chercher pour faire un jeu ou un câlin.
7 ans déjà...

Bon anniversaire P'tit Prince !

mardi 8 octobre 2013

Faire-part

Le Grand Blond avé la chaussure, Madame Petit Bonheur, l'Albatros, le P'tit Prince, Milou et la Paupiette ont la joie de vous annoncer l'arrivée dans la famille de.....



Oeil de tigre( La ressemblance n'est-elle pas frappante?)
 à l'occasion de l'anniversaire du P'tit Prince.

vendredi 4 octobre 2013

Acte II, scène 22 : L'épineux problème des trucs bons




Le P'tit Prince, sa mère. C'est la fête de la mère (sainte Gudule) et dans cette famille, lors des fêtes, un bon dessert est prévu pour marquer le coup.

- Maman ?
- Oui ?
- Tu sais ce que c'est le problème des trucs bons ?
- Euhhhh, non ?
- C'est que ET ça passe vite parce que c'est bon ET comme c'est bon, on le mange vite...



Zavez une solution ?

jeudi 3 octobre 2013

Le gâteau que Maman ne rate jamais ou l'avis tranché

En tant que Maman, nous aimons que nos enfants apprécient les mets que nous prenons du  temps à leur cuisiner. Reconnaissance de tout cet amour que nous y mettons.
Mais, il y a un mais.
Chez nous, le gâteau préféré des enfants c'est, c'est....Je vous le donne Emile :

Le NAPOLITAIN !


(article non sponsorisé, mais, au train où vont les choses, j'apprécierai vivement un partenariat, d'autant que mes enfants sont de très très performants ambassadeurs auprès de leurs amis)( LU, si tu m'entends !)

mardi 1 octobre 2013

La foire à la chaussette

Comme toute famille qui se respecte, nous avons nos orphelines, nos inconsolables solitaires qui ne trouve pas chaussette à leur pied.
Parallèlement à ce problème, la mère de famille voit son panier de tri de linge se remplir presque à ras bord de ces célibataires. Presque plus de place pour y ranger le linge à repasser.
Devant cette situation fort inconfortable, nous avons pris une résolution, celle de faire régulièrement

LA FOIRE A LA CHAUSSETTE
On en était presque à la fin de la foire à la chaussette quand j'ai pensé à prendre une photo. Le plus dur à gérer dans l'histoire...La Paupiette qui est allée chercher ses couches pour les déposer sur le tas de chaussettes (d'où la couche en bas à droite de la photo), tout en faisant la danse du feu autour du tas. On a eu du mal à se concentrer...

Ingredients : 
-des tiroirs de chaussettes dépareillées ou non,
- un panier de linge remplis à ras bord d'orphelines
- un coup d'oeil derrière et sous les lits pour voir si des fugueuses s'y logeraient
- un grand tapis
- un sac poubelle
- facultatif : quelques centimes pour récompenser l'effort louable de participer à la foire à la chaussette

Mode d'emploi : 

Renverser tous les tiroirs, paniers etc...au milieu du tapis.
Répartir les enfants autour.
Dans un premier temps, demander aux enfants de défaire les paires correctes pour vérifier trous et usures.
Mettre dans le sac poubelle le cas échéant.
Quand une paire est jugée "utilisable" la ranger dans le tiroir de son propriétaire.
2e temps, il ne reste plus que les orphelines.
Retrouver la soeur jumelle de celle que l'on a dans la main.
Le cas échéant, les rouler ensemble et les glisser dans le tiroir du propriétaire.
Dans notre cas, une récompense de 20 centimes par paire de chaussettes retrouvée était alouée aux participants. La mère participant à la foire à la chaussette (gracieusement...quelle abnégation...), il  fallait aussi être rapide pour pouvoir être certain  de remporter un petit pactole.

Le jeu se termine quand chacun a retrouvé sa chacune. Les chaussettes restantes sont considérées comme irécupérables et jetées sans pitié à la poubelle (ou récupérées pour faire ça)
Au final, Milou a gagné 60 centimes, le P'tit Prince, 1 euro et l'Albatros 3 euros (une ruine !)