lundi 29 juillet 2013

Un credo pour la vie

Ne te sous-estime pas
en te comparant aux autres.
C'est précisément parce que nous sommes
tous différents
que nous sommes tous uniques.
 
Ne fixe pas tes buts en fonction
des autres.
Toi seul sais ce qui est bon pour toi.
 
Sois toujours à l'écoute de
tes plus profonds désirs.
Tiens à eux comme tu tiens à la vie,
car sans eux, la vie n'est rien.
 
Ne laisse pas la vie filer entre tes doigts
en songeant au passé ou en rêvant à l'avenir.
Vis ta vie jour après jour,
et tu vivras ainsi intensément
chaque jour de ta vie.
 
Ne baisse pas les bras tant que tu as encore
quelque chose à donner.
Rien n'est jamais perdu...
tant que tu continues de lutter.
 
N'aie pas peur d'admettre
que tu n'es pas parfait.
C'est ce lien fragile
qui nous relie les uns aux autres.
 
N'aie pas peur de prendre des risques.
C'est en prenant des risques
que le courage s'apprend.
 
N'écarte pas l'amour de la vie
en prétendant qu'il n'existe pas.
 
Le meilleur moyen de trouver l'amour
est de le donner ;
le meilleur moyen de le perdre
est de le retenir prisonnier ;
et le meilleur moyen de le garder
est de lui donner des ailes.
 
N'étouffe pas tes rêves.
Ne pas avoir de rêve, c'est être sans espoir ;
être sans espoir, c'est errer sans but.
 
Ne fuis pas en avant tout au long de ta vie
de sorte que tu oublies d'où tu viens
et où tu vas.
La vie n'est pas une course,
mais un voyage dont il faut savoir goûter
chaque étape.
 
Nancye Sims

samedi 27 juillet 2013

Le lexique de Milou

Milou est à l'âge où les mots, faute de pouvoir les lire et les écrire, ne sont que conglomérats de sons dont on ne sait pas très bien où ils commencent et où ils s'achèvent.
Aussi, voici quelques exemples...

Saurez-vous retrouver les véritables mots cachés derrière les déformations ?

- Le diavel
- Une stagada
- Marie la reine de l'autoroute
- Viens à Jésus ton chauffage
- les crottes de nez séchées

A vous de jouer...

mercredi 24 juillet 2013

Le mercredi c'est bibli : Jade et les sacrés mystères de la vie



C'est un petit livre, tout petit, tout discret, on hésite même à l'ouvrir tellement la silhouette qui orne la couverture est frêle et pourtant...Offert à des ados, il fait des merveilles, et pour les adultes il redonne la fraîcheur, l'allant nécessaire pour se donner un souffle nouveau.
Une petite pépite si petite qu'on pourrait l'oublier et oublier de réenchanter son quotidien...

vendredi 19 juillet 2013

Espérance

Charles Péguy "Le Porche du Mystère de la deuxième vertu", 1912 :

Ce qui m'étonne, dit Dieu, c'est l'espérance
Et je n'en reviens pas.
Cette petite espérance qui n'a l'air de rien du tout.
Cette petite fille espérance.
Immortelle

Car mes trois vertus dit Dieu,
Les trois vertus mes créatures,
Mes filles, mes enfants,
Sont elles-mêmes comme mes autres créatures,
De la race des hommes.
La Foi est une Epouse fidèle,
La Charité est une Mère,
Une mère ardente, pleine de cœur,
Ou une sœur aînée qui est comme une mère.
L'Espérance est une petite fille de rien du tout,
Qui est venue au monde le jour de Noël de l'année dernière,
Qui joue encore avec le bonhomme Janvier
Avec ses petits sapins en bois d'Allemagne. Peints.
Et avec sa crèche pleine de paille que les bêtes ne mangent pas,
Puisqu’elles sont en bois.
C'est cette petite fille pourtant qui traversera les mondes.
C'est cette petite fille de rien du tout.
Elle seule, portant les autres, qui traversera les mondes révolus.
La petite espérance s'avance entre ses deux grandes sœurs et on ne prend seulement pas garde à elle.
Sur le chemin du salut, sur le chemin charnel, sur le chemin raboteux du salut, sur la route interminable, sur la route entre ses deux sœurs la petite espérance
S'avance.
Entre ses deux grandes sœurs,
Celle qui est mariée,
Et celle qui est mère.
Et l'on n'a d'attention, le peuple chrétien n'a d'attention que pour les deux grandes sœurs,
La première et la dernière,
Qui vont au plus pressé,
Au temps présent,
A l'instant momentané qui passe.
Le peuple chrétien ne voit que les deux grandes sœurs, n'a de regard que pour les deux grandes sœurs.
Celle qui est à droite et celle qui est à gauche.
Et il ne voit quasiment pas celle qui est au milieu.
La petite, celle qui va encore à l'école.
Et qui marche,
Perdue entre les jupes de ses sœurs.
Et il croit volontiers que ce sont les deux grandes qui traînent la petite par la main.
Au milieu.
Entre les deux,
Pour lui faire faire ce chemin raboteux du salut.
Les aveugles qui ne voient pas au contraire,
Que c'est elle au milieu  qui entraîne ses deux grandes sœurs.
Et que sans elle elles ne seraient rien.
Que deux femmes déjà âgées.
Deux femmes d'un certain âge.
Fripées par la vie.
 C'est elle, cette petite, qui entraîne tout.
Car la Foi ne voit que ce qui est
Et elle voit ce qui sera
La Charité n'aime que ce qui est
Et elle aime qui sera.

vendredi 12 juillet 2013

Ah ! La bonne glace que voilà !

C'est les vacances, il fait beau, il fait chaud, pas de sorbetière en vue mais envie de se faire une bonne glace maison ? Bougez pas, j'ai ce qu'il vous faut...
Deux recettes une plus light que l'autre mais toutes les deux à se damner...
La mousse glacée à la framboise :

La glace au café meringuée : 


Préparation : 20 minutes
INGRÉDIENTS (6-8 PERS) :
·         4 œufs
·         1 tasse à café de sucre en poudre
·         2 càc de nescafé
·         100g de meringues
·         25cl de crème fleurette (on peut se simplifier la vie en achetant une bombe de chantilly, ça fait la même chose !)
·         1 sachet de fixateur de chantilly (facultatif)
·         coulis de caramel et amandes effilées pour la déco
(
PRÉPARATION : 

Pour  commencer, séparez les blancs des jaunes de vos oeufs (4).
Ajoutez aux jaunes le sucre en poudre (1 tasse à café) ainsi que le café soluble (2 càc).
Dès que vous avez un mélange homogène, ajoutez vos meringues (100g) et mélangez de nouveau.
Dans une autre jatte, montez les blancs en neige fermement et les ajoutez délicatement au mélange sucré oeufs/café.
Rincez bien votre jatte à l’eau très froide et essuyez la correctement afin d’y préparer la chantilly. Montez donc en chantilly la crème fleurette (25cl) avec 3 cuillères de sucre. Vous pouvez ajouter un sachet de chantilly fixateur si comme moi vous n’avez pas trop de chance avec la chantilly ! Ou si vous êtes une feignasse comme moi, on prend la bombe de chantilly et pchitttt !
Une fois la chantilly bien montée (ou bien pchittée), ajoutez-la au reste du mélange.
Mettez votre préparation de glace au café dans un moule à cake ou un moule savarin et laissez dans le congélateur votre glace au café 24 h.
Au moment de servir, n’hésitez pas à agrémenter votre glace au café de coulis de caramel et amandes effilées (un peu de prâlin sur le dessus, c'est pas mal non plus...)


La mousse à la framboise ou fraise glacée (pour 8 personnes) - Faire la veille
préparation : 15 minutes

250 gr de framboises (ou fraises)
1 blanc d'oeuf cru
125 gr de sucre en poudre
Mettre le tout dans un grand saladier avec des bords assez hauts, (si besoin, recouvrir le dessus d'un papier d'alu troué en son milieu pour passer le batteur) car attention aux projections (sauf si vous voulez repeindre votre cuisine en rose).
Battre le tout pendant 15 minutes
Mettre au congelateur pour au moins 12 heures.
Ensuite à vous le délice glacé !

NB : j'ai essayé avec des myrtilles, mais vraiment pas terrible...

Pas de photos, pour aucune des deux, on les a mangées trop vite...Mais en plus, ça présente pas mal...

jeudi 11 juillet 2013

Acte III, scène 19 : C'est guignol


Le grand blond avé la chaussure, Milou. Ils sont à un spectacle de marionnettes. La marionnette "Prince" prend la parole :

- Je suis le prince "Grand blond avé la chaussure" je dois retrouver la princesse
Sourire béat de Milou qui regarde son père préféré. ça alors, ils ont le même prénom...

-Je dois vaincre la sorcière !
Grimace effrayée de Milou vers son Papa.

-Je dois vaincre les araignées (une énorme araignée velue)...
Grimace encore plus horrrible, main devant la bouche grande ouverte de terreur, Milou se tourne à nouveau vers son Papa.

-ça y est j'ai retrouvé ma princesse (une marionnette immonde avec trois brins de laine blond qui se battent en duel, le tout fabriqué dans une vieille chaussette de grand-mère)
Milou se tourne vers son père, les yeux enamourés... (en regardant de près, on pourrait voir des coeurs qui clignotent)

- Elle est belle la princesse....!

mercredi 10 juillet 2013

Le mercredi c'est bibli : Calme et attentif comme une grenouille...

Vous avez des enfants un brin agités, qui ont du mal à se concentrer, vous même, vous vous énervez facilement...Difficile de mener une vie familiale sereine dans ces conditions...

Envie de faire une pause ?
Envie d'un moment de calme ?
De se recentrer sur soi-même ?
De retrouver une bonne concentration ?
De passer un moment de qualité avec ses enfants ?

Oui, d'accord mais vite, c'est que je n'ai pas des masses de temps moi, il me faut un truc rapide et efficace !

J'ai peut-être une ébauche de solution...
Si vous avez un lecteur de CD, alors je vous apporte ça sur un plateau :

Calme et attentif comme une grenouille, c'est un livre et un CD, un truc pas bien loin de la méthode Vittoz (pour celles qui connaissent) qui permet de se recentrer en quelques minutes grâce à des petits exercices rapides, bercés par la douce voix de Sarah Giraudeau qui guide ces petites méditations.

Une méthode simple, pas à pas pour avoir des enfants sereins à la maison et à l'école (ça marche aussi extrêmement bien pour les maîtresses et leurs élèves...)
Je vous laisse découvrir ça avec cette petite vidéo...


mardi 9 juillet 2013

Acte I,II, III, IV, scène 1 : Macumba night

L'Albatros, le P'tit Prince, Milou, La Paupiette. On n'entend plus rien depuis un moment. Ils sont dans le dressing (une pièce quelque part entre l'entrée et la salle de bain que l'on peut fermer complètement).
J'ouvre la porte et me voilà arrivée...

- Et Maman, tu viens dans la boîte de nuit ?
- ???????(qui que quoi qu'est-ce dans quelle étagère ?)(depuis quand ils savent ce qu'est une boîte de nuit ?)

Etat des lieux...


DJ Milou, accompagnée de sa fille qu'elle traîne partout, s'occupe de la programmation musicale à l'aide la tablette. Pendant ce temps, l'ingé-lumière (l'Albatros) agite le stylo lumineux gagné la veille à la kermesse de l'école....

Le DJ Milou et sa programmation à la pointe : accordéon (y en a pas beaucoup des boîtes de nuit qui passent de l'accordéon...)

Et puis le violon, un adagio tout à fait de circonstance....

L'ingé-lumière tente une variation sur le thème de la boule à facette en projetant la lumière à travers le caddy en plastique de la Paupiette, on s'y croirait...
Promis, ils ne sont jamais allés en boîte....ou alors à mon insu, je ne suis pas au courant...

Et pendant ce temps, la foule en délire se trémousse, se la joue, fait son show...




lundi 8 juillet 2013

Comment être heureux ?

1. Décide d’être heureux. Apprends à trouver du plaisir dans les choses simples. 
2. Tire le meilleur parti possible de tes situations. Nul ne possède tout et tout le monde a une certaine tristesse mêlée aux plaisirs de la vie. Le secret consiste à rire plus qu’on ne pleure. 
3. Sois indulgent avec toi-même. Ne te prends pas trop au sérieux. Et ne crois pas que tu dois être protégé des malheurs qui frappent les autres. 
4. Ne te soucie pas des critiques. Tu ne peux plaire à tout le monde. 
5. Fixe tes propres normes et tes propres buts. Sois toi-même et explore tes propres limites. 
6. Fais ce que tu aimes faire, mais sans t’endetter. 
7. Ne cherche pas les ennuis. Les fardeaux imaginaires sont plus lourds à porter que les vrais. 
8. Débarasse-toi de tes rancoeurs. La haine, l’envie et la colère te rongeront de l’intérieur. 
9. Multiplie tes intérêts. Si tu ne peux voyager, parcours le monde par tes lectures. 
10. Ne te laisse pas terrasser par les regrets. Surmonte tes tristesses et tes erreurs et ne conserve que les leçons utiles qu’elles t’ont apprises. 
11. Fais ce que tu peux pour les gens moins fortunés que toi. 
12. Tiens-toi occupé. Quiconque est très occupé n’a pas le temps d’être malheureux.

Robert Louis Stevenson, 1850-1894

vendredi 5 juillet 2013

Y a de la joie ! Enfin les vacances !



Enfin, on va changer d'air, changer d'aire, changer de temps (plus de réveil, quel bonheur) changer de météo ?  Changer d'évier (ben quoi ?)

Last minute.com ou la viande dans le torchon

Les départs en vacances approchent et avec eux les valises...(pffff...le coup de grâce)

Je ne sais pas pour vous, mais chez nous, il y a au moins une semaine dans l'été pour laquelle nous devons apporter nos draps.(et avec eux la perspective Ô combien réjouissante de faire et défaire des lits à l'infini)

Cette année, je commençais à projeter d'éventuellement faire mon sac de draps (ça me saoule grave comme on dit) quand tout à coup un éclair dans ma tête, une résurgence du passé, un flash de "sac à viande " (si quelqu'un a une autre appellation, je suis preneuse, c'est vraiment trop moche).
Et justement, récemment, les voisins du dessus qui vidaient leur appart nous ont refilé quelques draps...

Le principe : un drap tout en un, dessus et dessous à la fois. Plus de drap housse à emporter, plus de housse de couette non plus...
Bilan  : trois fois moins d'encombrement dans les bagages, partie de rigolade pour faire les lits et ni une ni deux pour les défaire ensuite. Un pensum en moins, c'est toujours bon à prendre.

Comme je sens que vous bouillez de voir la chose en vrai de vrai, voici le tuto pour un bon sac à viande des familles ...(pas encore trouvé le truc pour les lits doubles...j'y songe...)

jeudi 4 juillet 2013

Le "prends-son-dej-tout-seul-dans-sa-poussette"

L'autre jour, le temps nous ayant fait une bonne blague pour le mois de juillet (il faisait beau, une vrai bonne blague pour un mois de juillet), ni une, ni deux, nous sommes partis pique-niquer pour le déjeuner.
Super Maman ! Génial, un pique-nique au lieu d'aller à la cantine !
Oui...Oui...Oui...Mais ça voulait dire avec la Paupiette... Vous vous souvenez, le film d'horreur gastronomique que même dans les cinémas spécialisés on ne trouve pas pire...

Alors, on a tenté. Et comme j'en ai assez des sandwichs, j'ai tenté le taboulé (pffff, elle est folle, ils vont manger ça comment ?)
Comment ? Avec notre petit matos de pique-nique. Chacun a un bol en plastique avec une anse et une cuillère et le tour est joué. ça a très bien fonctionné les années précédentes.

Oui, mais c'était sans compter sur la Paupiette qui veut ab-so-lu-ment manger toute seule (nan mais quoi, j'ai presque 19 mois, un peu de respect quand même).
Et du taboulé à déguster assis dans une poussette....miam, miam, miam...La poussette s'en souvient encore...

Le problème, c'est que nous avons prévu quelques pique-niques cet été (notamment lors de notre semaine fantastique) et que la Paupiette est ingérable si elle n'est pas scotchée dans sa poussette pour manger.
Donc...Abricadabricadabra, j'ai inventé le "prends-son-dej-tout-seul-dans-sa-poussette". Une serviette bien couvrante et attachée à la poussette pour éviter de changer la couleur de cette dernière d'un coup de cuillère à petit pot.
C'est un prototype mais je crois que je vais le bréveter. On peut sauver des nerfs de mamans avec ça...
Je vous montre la chose ?
(attention, je suis la reine de la finition pas parfaite du tout, donc pro de la couture, vous allez souffrir...)(on ferme les yeux et on regarde dans l'entrebâillement des cils, ce sera parfait).

mardi 2 juillet 2013

Acte IV, scène 4 : C'est arrivé près de chez vous

La paupiette. C'est l'heure du dîner. Elle tente de rivaliser avec les meilleurs scénarios de films d'horreur.
Verdict ?

lundi 1 juillet 2013

Petit sondage pour l'été...

Le mini-comme-chez-soi

Pour rebondir sur l'inénarrable article d'Albane et pour vous montrer que le comme-chez-soi est déclinable à l'infini avec un peu de bonne volonté, voici le mini-comme-chez-soi.

Un couvert simple, un mojito, une bonne bouteille de mirabelle et une pizza. C'est tellement appétissant qu'on en oublie d'enlever son manteau ! (les bajoues, elles, sont déjà bien remplies).