jeudi 31 janvier 2013

Acte II, scène 8 : Cut, cut cudet.


Le p'tit Prince, sa mère. La scène se passe au petit déjeuner, dans la salle à manger.


-J' ai fait un rêve comme une bande papier,

....


- Je me suis réveillé, il s'est coupé.

mercredi 30 janvier 2013

Le mercredi c'est bibli ! Malo apprend la politesse...


Tout un programme ! Ce livre pour les petits à partir de 1 an est très apprécié chez nous. Des images simples, des textes limpides, qui recouvrent un certain nombre de situations d'échanges avec l'entourage.
Un livre qui apprend à dire bonjour, au-revoir, s'il te plait, merci, oui, non et pardon.

mardi 29 janvier 2013

Yenamarre : Lumineuse idée ou pas


Dans la famille Yenamarre, je demande la mère. Ouais, yenamarre ! Marre, MARRE !
De quoi ?
Des chambres mal rangées.

On a essayé la photo de la chambre bien rangée affichée sur le mur pour qu'ils aient un modèle,
On a essayé "quand tout est rangé vous avez droit à un film",
On a essayé "allez, je range avec toi !" et on a surtout rangé toute seule pendant que Milou (notamment) nous regardait en rigolant, trop contente d'avoir trouvé une bonne âme pour faire le boulot à sa place,
On a essayé "de toute façon, elle sera dans le même état demain, à quoi bon ?",
On a essayé "Quand la chambre sera rangée, j'appellerai ta copine préférée pour la déranger à nouveau jouer avec toi",
On a essayé "demain, si je vois que ce n'est pas rangé, je prends un grand sac et je mets TOUT ce qui traîne dedans !",
On a essayé le tableau sur le frigo avec un smiley à chaque fois que la chambre est rangée
On a essayé la méthode fly lady "on met tout ce qui traine dans une caisse ou au milieu de la chambre et on tri par tranche de 15 minutes" (d'ailleurs, ça marche pas si mal, et au moins ça réunit dans un même endroit tout ce qui traîne).

Mais quand même, YENAMARRE de dire 15 fois va ranger ta chambre et de constater qu'ils n'en ont, au fond, rien à faire.
M'appuyant sur madame Fly lady, j'ai retenu une chose : il faut un mois pour acquérir une bonne habitude (à ce train, là, on est pas rendu...)
Donc,
J'ai décidé, totalement unilatéralement mais les kids ont bien accroché, de récompenser d'une étoile qui brille la nuit toute chambre rangée, et ce pendant un mois, temps de l'apprentissage et de la mise en place de routines.
Or, dans le kit d'étoiles que j'ai acheté, il y en a des petites, des moyennes, des grandes. Quand la chambre est impeccable, je donne une grande étoile le soir, quand c'est presque parfait à part deux trois trucs, une moyenne et si il y a eu un véritable effort de fourni mais que ce n'est pas totalement terminé, une petite étoile d'encouragement.
Et ça marche, depuis 15 jours, les chambres sont rangées le soir. Même Milou la dure à cuire s'y est mise.
Et le deuxième effet Kisscool, c'est que les étoiles ne brillent que la nuit du coup, en plus de ranger les chambre, ils éteignent leur lumière et ils dorment, Ô miracle !
Conclusion et rêve : si tout va bien, dans 15 jours, l'habitude est prise pour toute leur vie ....?

On objectera que c'est moche les étoiles phosphorescente, et on aura raison. Mais pour une chambre rangée, ça ne vaut pas le coup ?

samedi 26 janvier 2013

Occupe-toi d'Amélie

Occupe-toi d'Amélie | avec Hélène de Fougerolles et Bruno Putzulu Théâtre de La Michodière Affiche



L'autre jour, avec le grand blond avé la chaussure, nous sommes allés au théâtre. La fois du siècle (ou presque) depuis que nos adorables minus ont pointé le bout de leur nez. Nous sommes allés au Théâtre de la Michodière voir "Occupe-toi d'Amélie" de Feydeau. 
La veille de la Manif pour tous (mais pourquoi elle nous recase la Manif pour tous, c'est dingue, y en a marre de ce truc à la fin) (elle nous emm*** !) Ben pas tant que ça. 
Je pense être une des rares à faire la critique de cette pièce de théâtre à la lumière d'aujourd'hui...(il fait gris, tu remarqueras)
C'est comme toujours des histoires d'amants, de maîtresses, de gars libidineux, d'amant sous le lit, de mariage en vrai mais finalement en faux puis si, quand même on divorce et finalement on se retrouve avec le couple du début qui s'aime comme au premier jour.
Oui mais, 
Si j'ai bien compris ce que les gars de France 2, France 3, France Info, France Inter (tiens c'est bizarre, que des médias d'Etat ?) essauent de faire comprendre à ma tête de caboche : je suis une femme parce que je le vaux veux bien mais je ne suis pas née femme. de même que la masculinité de mon mari a vue le jour grâce aux yeux enamourés de sa môman et à la société (quelle nulle cette société !) qui lui a plaqué tous les jolis clichés de la masculinité et lui, comme moi, nous avons tout gobé (les naaases....)
Ah bon ? Zêtes sûrs ?
Parce que, quand on va voir cette pièce qui raconte l'histoire d'une courtisane élévée dans la société grâce à ses "relations", tout le monde rit de bon coeur car c'est, outre le talent de Feydeau pour les répliques, l'histoire universelle de la coquetterie, de la drague, de la feminité, du désir masculin. 
Et bien, vous me croirez ou non, en plein débat sur le projet Taubira, ça fait un bien fou de constater ces différences homme/femme, ces interactions entre gens de sexe différents, l'éternelle histoire de la vie, de l'amour.
En dehors de ces considérations tout à fait personnelles, c'est très drôle, enlevé, les acteurs jouent remarquablement bien et on ne s'ennuie pas un seul instant !  Tout tourne autour du mariage d'Amélie la courtisane qui doit se faire "pour de faux" donnant lieu à des pépipéties sans fin.
Un régal, et quelques réflexions sur le mariage très drôles vu le contexte actuel.
Courrez-y !


vendredi 25 janvier 2013

L'ingrédient secret...



           
Chaque fois que Ben entrait dans la cuisine, il était intrigué par la petite boîte de métal placée sur l’étagère au-dessus du fourneau de Martha. Il ne l’aurait probablement jamais remarquée si Martha ne lui avait pas maintes fois répété de ne pas y toucher. Elle contenait, disait sa femme, une «herbe secrète» que sa mère lui avait donnée, et comme cette herbe était irremplaçable, elle avait peur que Ben ou quelqu’un d’autre ne prenne la boîte, l’échappe et répande son précieux contenu.

            Cette boîte n’avait rien d’extraordinaire. Elle était tellement vieille qu’une bonne partie des fleurs rouges et or qui l’ornaient à l’origine étaient presque effacées. On pouvait facilement deviner l’endroit exact où les doigts l’avaient saisie, encore et encore, pour la soulever et ouvrir le couvercle. Non seulement Martha avait-elle saisi la boîte de la même façon que sa mère et sa grand-mère, mais elle croyait que même son arrière-grand-mère avait utilisé cette boîte et son «herbe secrète». Tout ce que Ben savait, c’est que peu après son mariage, sa belle-mère avait apporté la boîte à Martha en demandant d’user de son contenu avec autant d’amour qu’elle-même l’avait fait. Et c’est ce que fit Martha, fidèlement. Jamais Ben ne vit Martha préparer un plat sans prendre la boîte sur la tablette et ajouter un soupçon d’herbe secrète». Même lorsqu’elle cuisinait des gâteaux, des tartes et des biscuits, il la voyait ajouter une petite pincée juste avant de mettre le tout au four. Quel que soit l’ingrédient qui se trouvait dans la boîte, Ben ne doutait nullement de son efficacité, car sa femme était pour lui la meilleure cuisinière au monde. D’ailleurs Ben n’était pas le seul à penser ainsi : tous ceux qui avaient goûté à la cuisine de Martha partageaient le même avis.

jeudi 24 janvier 2013

La base !

Image épinglée


Trouvé sur "c'est (pas) moi qui l'ai fait ... Je pense que je vais m'en inspirer ! La porte de mes toilettes n'a qu'à bien se tenir...

mercredi 23 janvier 2013

Le mercredi c'est....Conférence pour changer !

Je suis tombée sur cette conférence remarquable de Natalia Trouiller :  "Mariage pour tous, changement pour tous ?"  Remarquable ? Vous allez penser que je m'emballe, mais non, voyez vous-même !
A partir du texte du projet de loi (le vrai, l'authentique, celui dont on parle mais que personne n'a lu véritablement), elle explique ce que notre société choisit en votant cette loi. En toute connaissance de cause ou bien en toute subjectivité liée aux émotions suscitées par nos entourages plus ou moins proches qui souhaitent cette loi (implication qui parasite forcément les réflexions que l'on peut avoir sur ce projet).
Elle décortique chaque terme, chaque concept sous-jacent. Elle nous informe sur la jurisprudence actuelle sur la réalité de ces vies de couples mais aussi des choix de société qui ont déjà été faits et pour lesquels personne ne s'est ému ou presque (comme par exemple la réforme du congé de paternité qui fait de nous, femmes, des toutes-puissantes mettant à notre merci les pauvres pères). Un exposé détaillé, émaillé d'exemples réels mais aussi de legislativ'fiction pour nous amener à voir ce que signifie ce changement de civilisation tel que le décrit Madame Taubira elle-même. De quoi alimenter sa réflexion que l'on soit pour ou contre ce changement.
Je trouve aussi remarquable son respect des personnes, des situations et son approche très réaliste du sujet, qualités rares aujourd'hui alors que les deux camps s'opposent de plus en plus brutalement. Un exposé remarquable de tous les tenants et aboutissants, ouvert aussi sur ce qui se passe en dehors de la France et sur les conclusions que l'on peut tirer de ceux qui ont choisi ce type de civilisation avant nous.
Enfin, puisque la famille est ce que nous avons de plus important, particulièrement en ces temps de disette, elle propose que la question du mariage soit inclue dans des états généraux de la famille au milieu de tas d'autres questions comme : "qui garde mon enfant quand je travaille?" "quel soutien aux parents pour éduquer leurs enfants?" et tous les problèmes soulevés par la vie de famille fortement malmenée aujourd'hui.
Bref, bravo Natalia pour cet exposé limpide et très étayé.

On mettra de côté les aspects techniques de la vidéo, c'est une conférence filmée...

mardi 22 janvier 2013

White is white

Il se murmure sur la blogosphère que ce blog n'a toujours pas édité de photos de neige, c'est dingue ! Et ça prétend suivre l'actualité et tout ça et tout ça...Réactivité proche du néant. Pfff, tout fout le camp ma brave dame. Tout va à vélo. Si, si !
On va réparer ça fissa fissa, un peu en décalé, mais vous avez l'habitude, j'ai toujours un train de retard.

Donc, vu de chez nous (enfin, vu de la promenade pas loin de chez nous, parce que vu de chez nous ce n'est pas exactement ça...C'était plutôt comme ceci ), la neige, ça donne ça  :
(ça va rappeler des souvenirs aux malgaches)(j'me comprends et ils comprendront)(et puis d'ailleurs, coucou, au passage !)(et bonjour aussi aux réunionnais, j'ai vu que vous étiez passés par là !)(pas de jaloux)

Fronton de château (oui, mais lequel ? )

lundi 21 janvier 2013

Secrets de beauté


Quand on lui a demandé de révéler ses secrets de beauté, la ravissante actrice Audrey Hepburn a écrit ce poème, 
« Pour avoir des lèvres attirantes, prononcez des paroles de bonté.
Pour avoir de beaux yeux, regardez ce que les gens ont de beau en eux.
Pour rester mince, partagez vos repas avec ceux qui ont faim.
Pour avoir de beaux cheveux, laissez un enfant y passer sa main chaque jour.
Pour avoir un beau maintien, marchez en sachant que vous n’êtes jamais seule, car ceux qui vous aiment et vous ont aimé vous accompagnent.
Les gens, plus encore que les objets, ont besoin d’être réparés, bichonnés, ravivés, réclamés et sauvés : ne rejetez jamais personne.
Pensez-y : si un jour vous avez besoin d’une main secourable, vous en trouverez une au bout de chacun de vos bras.
En vieillissant, vous vous rendrez compte que vous avez deux mains, l’une pour vous aider vous-même, l’autre pour aider ceux qui en ont besoin.
La beauté d’une femme n’est pas dans les vêtements qu’elle porte, son visage ou sa façon d’arranger ses cheveux. La beauté d’une femme se voit dans ses yeux, car c’est la porte ouverte sur son coeur, la source de son amour.
La beauté d’une femme n’est pas dans son maquillage, mais dans la vraie beauté de son âme. C’est la tendresse qu’elle donne, l’amour, la passion qu’elle exprime.
La beauté d’une femme se développe avec les années. »
ça marche évidemment pour les hommes aussi !

Merci encore au site des optimistes !

samedi 19 janvier 2013

Le samedi on joue : Devine-tête



Les plus grands se souviennent peut-être d'Amnesia, ce jeu qui consistait à poser des questions pour deviner quel était le personnage que l'on s'était collé sur la tête grâce à un bandeau très seillant (façon Martina Navratilova). Et bien c'est la même chose pour les petits. Des cartes, des bandeaux et en voiture Simone !
Sauf qu'au lieu des personnages célèbres, il est plus question d'objets. Exemple : un coffre, un cerceau, une couronne, une étoile, un sapin, une balançoire, un bonnet, un citron, une guitare.
ça parait tout bête mais jouer avec son oncle ou sa tante qui essaie de deviner qu'il/elle est une "gourde" c'est tout de suite beaucoup plus drôle.
Chez nous, on a la version de voyage, sans doute que la version originale comporte plus de cartes car avec celle-ci il y en a seulement une trentaine. L'avantage de ce jeu c'est qu'on peut toujours compléter avec des cartes fabrication maison pour compléter le jeu une fois qu'ils grandissent.
Envie de passer un bon moment ?

A vous de jouer !

vendredi 18 janvier 2013

Sors ta chapka !


Comme le dit si bien le dicton "neige au balcon, russe dans le poëlon", notre programmation culinaire du mois de janvier est tombée comme un fait exprès sur "dîner russe" le jour même des chutes abondantes de neige (preuves à l'appui).


Oui, à la suite d'Alphonsine, nous continuons notre tour du monde culinaire en 2013.

Donc russe ce soir.

jeudi 17 janvier 2013

Acte III, scène 8 : Mètre-ruban et mémoire de poisson rouge



Milou, sa mère. La scène se passe dans l'entrée.
-Maman ?
- Oui 
-Maman ?
- Oui, Milou ?
- Maman ?
- Oui !!! 
- t'as vu ?
- Quoi ?
- ben, là !
- hum, ben là quoi ?
- ben, moi !
- oui ???
- J'ai grandi
- ah oui !
- tu sais pourquoi ?
- euh...non.
- C'est parce que j'ai mangé tout de les soupes, enfin, presque un petit peu de toutes les soupes...
- Ah oui, je vois bien...

Et elle repart avec son air de ravi de la crèche...
Pour rappel Milou c'était ça et ça. Et vous, vous en moquez éperduement, mais elle n'aime ni la soupe de tomates, ni la soupe de courgettes, ni la soupe de poireaux, ni la soupe de carotte, ni la soupe de brocoli, ni la soupe de potiron seulement et un tout petit peu la soupe de poisson... (Hum, hum, on me signale dans l'oreillette que c'est exclusivement les jours impairs, des mois à 31 jours des années bissextiles, faut pas pousser non plus)

PS : est-ce que quelqu'un pourra répondre à cette question existentielle : pourquoi faut-il répondre trois fois "oui" (au moins) à " Maman ?" pour avoir la suite du propos ?

mercredi 16 janvier 2013

Pour Elle

Le mercredi c'est bibli : Reflets dans un oeil d'homme

Reflets dans un oeil d'homme



Ou comment Nancy Huston, féministe de la première heure ou presque, aux moeurs plutôt débridées donne sa version du "genre" ou théorie du gender. Mettez de côté tous les arguments que vous avez pu entendre sur le sujet et lisez ce livre qui parle du regard ancestral et immuable des hommes sur les femmes. Ce regard que n'aura jamais une femme sur un homme (à de rares exceptions près peut-être).
Le dogme de la construction sociale des sexes est ressassé sans fin aujourd'hui en France. Le gouvernement actuel en a même fait son viatique. Or les humains sont programmés pour se reproduire comme tous les autres mammifères avec l'aide de la drague, de la coquetterie intimement liées à la perpétuation de l'espèce.
Dans une écriture synthétisant à la fois son expérience personnelle, ses lectures et ses pensées, elle livre ici un regard bien particulier sur le sujet. Un livre à faire lire à tous les pro-gender qui ne voient pas où sont les mensonges de cette soi-disant construction sociale de sexe.
Elle nous montre la contradiction de notre société qui nie cette différence sexuelle et qui exploite la sensualité de la femme comme jamais à travers l'industrie de la beauté, la photographie, les films et la publicité.
Un livre dérangeant, personnel, drôle, informé, qui pointe du doigt les paradoxes de cette théorie banalisée ainsi que ses dangers.
Un seul exemple. Il est question dans ce livre d'une adolescente. Elle a décidé dans la "construction de son genre" qu'elle était un homme. Donc, si on suit le raisonnement, aucun problème pour qu'elle rentre le soir à minuit toute seule, puisque elle se sent "homme". Sauf que non. Dans le regard d'un homme, elle demeure une femme, à la merci du regard et des fantasmes des hommes.

Une dernière chose enfin,  si j'ai retenu la lecture de ce livre c'est aussi pour la différence totale de raisonnement par rapport à ce que peut être le mien. Le rafraichissement de constater, qu'avec un cheminement, une culture, un mode de vie, des habitudes sexuelles qui n'ont rien à voir avec les miens, on arrive aux mêmes constats. Un constat qui dénie toute réalité à cette théorie purement artificielle du gender.


Promis, je ferai dans du plus léger prochainement...

Et rien à voir de rien à voir, message perso à Grenouillette, tu t'en sors ? Soutien total de l'autre côté de l'Atlantique ! M te montre le chemin !!!

lundi 14 janvier 2013

BOUH !

















Avoir peur, c’est normal.

Nous n’avons pas peur du noir,
Nous avons peur de ce que nous pouvons trouver dedans.

Nous n’avons pas peur de la hauteur,
Nous avons peur de tomber.

Nous n’avons pas peur des gens autour de nous,
Nous avons peur d’être rejeté(e).



Nous n’avons pas peur du changement,
Nous avons peur de ne pas savoir nous adapter.

Nous n’avons pas peur d’entreprendre,
Nous avons peur d’échouer.

Nous n’avons pas peur de demander,
Nous avons peur d’un refus.

Nous n’avons pas peur de l’Amour,
Nous avons peur de ne pas être aimé(e).

Nous n’avons pas peur du lâcher prise,
Nous avons peur de voir les choses telles qu’elles sont.

Nous n’avons pas peur de recommencer,
Nous avons peur de nous blesser à nouveau.

Avoir peur, c’est normal.
Sachons identifier nos peurs cachées derrière nos peurs,
Et lançons-nous !

« Le véritable héroïsme n’est pas l’absence de peur mais la canalisation de la peur vers l’action »
(Doric Germain)

Texte récupéré sur le site de la ligue des optimistes 

dimanche 13 janvier 2013

Consistant...


Je ne sais pas où l'équipe de Hollande est allé le chercher ce mot là, mais il fallait le trouver. Aux dernières nouvelles, source : gendarmerie nationale, nous étions 1, 3 millions (ne regardez pas aux infos, ce chiffre-là ne sortira jamais et pour cause, le chiffre retenu par les médias est celui de 17h30, alors même qu'une grande partie des cortèges n'avait pas passé les lieux de comptage...En repartant à 18h30, le cortège qui était le nôtre était toujours présent à la station Iena sans qu'on puisse en distinguer le bout et donc bien avant le comptage du pont de l'Alma....Donc consistant.

Consistant, cela pourrait consister quand même à entendre les raisons de n'être pas d'accord, les critiques des juristes qui disent que ce texte est mal ficelé, bien au-delà des raisons idéologiques ou philosophiques qui appartiennent à chacun.  Un projet de loi, peut comme tout autre texte, être rédigé sous la contrainte, les pressions du temps, des hommes et des femmes qui vous entourent...Est-ce déshonorant que de reconsidérer ce texte et au minimum en améliorer les points de critiques ? (je ne parle même pas d'un retrait, ne rêvons pas) Il faut croire que oui. Pourtant il me semble bien que c'est comme cela que l'on procède pour bon nombre de projets. On fait un avant projet, on le confronte à la réalité, on y revient, on modifie ce qui n'allait pas, dans un incessant aller et retour vers un meilleur texte possible.

 Et puisque "seulement" 1, 3 millions de personnes sont descendues dans la rue pour exprimer leur regret "consistant" de si peu de débat et de véritable discussion autour de ce sujet, je vais aller prendre ma soupe, en espérant qu'elle soit consistante, elle.

Edit du soir, bonsoir : pour la vérité sur les chiffres, d'après ICI :
La préfecture de Paris a confié à la Gendarmerie le comptage des manifestants. La gendarmerie a été suspendue de cette mission en milieu de journée (17h). C’est alors la Police qui a pris le relais du comptage. Ainsi le chiffre de 340.000 personnes annoncés à 17h40 par la Préfecture correspondent au comptage simple du nombre de personnes présentes sur le Champ de Mars entre 17h et 17h30. Par ailleurs, deux  journalistes (l’un de Canal+, l’autre de BFMTV) échangeaient à 16 heures sur le podium du Champ de Mars que la préfecture avait déjà compté 1 millions de manifestants.
Les organisateurs ont annoncé de leur coté 800.000 manifestants à 17h13 signalant que de nombreuses personnes n’étaient pas encore passées aux point de comptage.

Voici quelques informations qui permettent de se faire une idée du nombre de personnes présentes.
Place d’Italie / Champs de Mars : 5,5 km
départ : 13h - arrivée des voitures balais au Champ de Mars 18h45

- Denfert-Rochereau / Champs de Mars : 4,0 km
départ : 13h - arrivée des voitures balais au Champ de Mars 19h39

Porte Maillot / Champs de Mars : 5,3 km
départ : 13h - arrivée des voitures balais au Champ de Mars 19h44


Et cette vidéo, d'un seul des trois cortèges donne le ton :

mercredi 9 janvier 2013

Plus que quelques jours pour se mobiliser !



Si ce projet de loi n'évoque rien pour vous ou bien que vous acceptez en pleine connaissance de cause les conséquences de ce projet de loi, alors, restez bien au chaud chez vous dimanche prochain et relisez le projet de loi ICI.
Pour ceux qui pensent que ce projet s'applique à tous et qui veulent défendre les droits des enfants et non le droit à l'enfant, le droit d'exprimer aussi son désaccord et de débattre de ce projet  - Hollande avait promis de recourir plus fréquemment au référendum pour les sujets sociétaux, c'est le moment de mettre à profit cette généreuse idée- c'est le moment  aussi d'acheter des chaufferettes, de sortir les moon-boots, les parapluies, les doudounes blanches, roses ou bleues...(C'est pour ça que les soldes ont lieu quelques jours avant la manif, pour qu'on puisse avoir tout le nécessaire pour être au chaud et au sec ! non ?).

Le mercredi, c'est bibli : La chenille qui fait des trous



C'est l'histoire d'un petit oeuf qui se réveille et se transforme en chenille et cette chenille a très très faim. Elle va manger tout ce qui se présente sur son passage augmentant les doses chaque jour de la semaine jusqu'à, jusqu'à....Je vous laisse deviner la fin. Un album coloré (j'aime beaucoup le travail d'Eric Carle), une histoire facile à relire tout seul pour les enfants et qui aborde le temps qui passe, la nourriture, les jours de la semaine, et la métamorphose....

Un grand classique des maternelles et on comprend pourquoi !
J'avais même fabriqué une marionnette chenille pour pouvoir rejouer l'histoire...
Ma marionnette, un peu fatiguée après 12 ans de bons et loyaux services...
Une des pages du livre...

mardi 8 janvier 2013

Taguée !

Taguée pour la première fois par Albane, je vais tenter de répondre à ses questions.

Les règles du tag ? Si, si, j'en vois au fond qui demande, patience, patience, ça vient !

Alors:
N°1 : poster les règles sur son blog (ça c'est presque fait, si tu suis bien)
N°2  : répondre aux 11 questions (ça viendra après, rhoo, c'est dingue, tu peux pas attendre 30 secondes quand même ?)
N°3 : inventer 11 nouvelles question (mmmm, pffff, heuuuu...)
N°4  : partager les tags avec 11 nouvelles personnes en mettant le lien vers leur blog (ça ça devrait pas être trop compliqué) et leur annoncer la nouvelle (chanceuses !!!)

Les questions de la copine Albane :

1. Si tu devais voir la vie à travers un filtre de couleur, quelle en serait la teinte ?
Un filtre bleu entre électrique et lavande, presque chaud qui me suit partout depuis un moment (pour un oeil) et l'autre en rose parce que je suis une éternelle optimiste sur la nature humaine (parfois trop...)

2. Au cinéma, préfères-tu rire ou pleurer ?
Si je dois rire, je préfère plutôt l'humour anglais, ça ne m'est quasiment jamais arrivé de pleurer au cinéma et sinon, j'aime beaucoup les films qui m'apprennent des choses, qui font évoluer mon point de vue et qui sont des "rencontres".

3. Tour de Pise, Eiffel ou Babel ?
Je crois que je préfère un très grand paysage naturel et s'il fallait en choisir une quand même, Tour de Pise car j'aime beaucoup l'Italie.

4. Quelle est la pièce vestimentaire la plus originale que tu aies jamais portée ?
Ouhla...Fut un temps où je me déguisais beaucoup y compris avec des choses très très laides : une sublime tunique moulante russe vert pomme (pour ceux qui me connaissent, c'était visuellement très très chouette, hum...), des chaussettes à doigts de pied multicolores, une robe en aluminium pour une soirée martienne, une perruque de blonde décolorée pour le mariage de ma soeur (ça a marqué les esprit...ça devait pas être joli, joli...), une robe longue de soirée prêtée par une amie en soie sauvage imprimé écossais noir et blanc (si, si ça existe et en y repensant, c'était vraiment immonde...), t'en veux encore ou ça suffit comme ça ?

5. Courrier, tel, mail, texto...: quel est ton mode de communication préféré ?
En prems : la vraie vie, en face à face, on a encore rien fait de mieux depuis l'origine du monde et sinon, par mail essentiellement (mais ça va sans doute changer maintenant que j'ai un forfait AVEC SMS, si t'as bien tout suivi depuis quelques temps)

6. Y a t'il une chanson qui te ressemble ?
Mmmm, pas fastoche, y en a plein...On va dire "Mistral gagnant".

7. Quel est le film dont tu connais par coeur les répliques ?
César et Rosalie. Mon mari est fan  et le regarde en boucle. Quand il ne le regarde pas il le cite, bref, je vis avec Rosalie tous les jours...

8. Préfèrerais-tu être prix Nobel ou Miss Monde ?
Sans hésiter, prix Nobel. Pour Miss Monde, il me manque une bonne tête de plus et il faudrait élaguer les kilos en trop...

9. A la foire, es-tu plutôt grand huit, train fantôme, maison du rire ou croustillon ?
Je n'aime vraiment pas beaucoup les foires. Quand je peux éviter, j'évite...Les petits me tannent pour aller au Parc Astérix ou a Disneyland et pour l'instant, y a pas moyen de moyenner. A tout prendre on choisira la maison du rire (ou le rire à la maison, tient, tant qu'on y est !)

10. De quelle invention aurais-tu aimé être l'auteur ?
Le feu et plus généralement, je suis très admirative de toutes les inventions mécaniques! C'est quand même pratique ! Petits, on avait le livre des inventions à la maison, on y a passé des heures...(kif, kif avec le livre des records). J'aurais beaucoup aimé inventer des tas de choses (en attendant, je bricole et j'invente ma vie). En passant, s'il y a des inventeurs de chez la marque au losange qui passent, "zéro pointé" pour les ceintures des passagers arrière, ça fait un moment que j'avais envie de le dire, de le hurler (en fait, à chaque fois que je prends ma voiture) "Vous avez quoi dans la tête les gars ? Du fromage blanc ? P**** !)

11. Dis-nous tout : où est situé l'ordi sur lequel tu réponds à ces questions ?
Dans ma chambre, sur mon bureau.

Et maintenant, les questions pour les chanceuses :

1. Dans quel pays aimerais-tu vivre ?
2. Pourquoi as-tu commencé à bloguer ?
3. Que fais-tu pour décompresser, te détendre ?
4. Ta devise ?
5. Organisée ou dernière minute ?
6. La musique qui tourne en boucle chez toi ?
7. Si tu pouvais voyager dans le temps, où irais-tu et pourquoi ?
8. Le job de tes rêves ?
9. Mer, montagne ou campagne ?
10. Qu'est-ce qui a changé ta vie un jour pour toujours ?
11. Quelle petite manie te hérisse le poil et quelle petite manie t'attendrit ?


Les chanceuses qui pourront s'y coller : Bits and bobs, La reine de l'Iode, Madame Sololine, La Bécasse, Chouf et ses copines, Camille, Des vertes et des pas mûres, Filo, La famille zèbre à pois, cbienféepour vous,  Maman Confiture et Cie. Zêtes pas obligée, évidemment !

lundi 7 janvier 2013

Déclaration de responsabilité face à la vie

En ce début d'année, je partage ce texte trouvé je ne sais plus où, et que je compte bien garder sous le coude pour mes futurs ados (ouais, les plus mignons petits bébés deviennent des ados un jour...)(à chaque âge ses plaisirs...)
J’accepte complètement et sans aucune arrière pensée que tout ce qui s’est jamais produit dans ma vie, et ce qui arrive en ce moment dans mon existence, et tout ce qui peut se produire dans l’avenir, me fournit des occasions précieuses pour apprendre et grandir.

samedi 5 janvier 2013

Un petit jeu chez la Bécasse

D'habitude je ne relaie pas les concours et autre jeux, mais une fois n'est pas coutume, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis et comme chacun voit midi à sa porte à quatorze heures, je relaie le jeu que la Bécasse organise pour son anniversaire de blog. Avec tous les coms que nous échangeons, elle le vaut bien ! Et puis elle fait partie de la mouvance "choisissons d'en rire" qui permet de prendre du recul par rapport à notre guidon parfois si proche du nez et rien que pour ça, j'aime beaucoup venir lui faire des petites visites.

Alors, si vous voulez participer vous aussi, c'est par

Séquence kitch, comme c'est bon !

Allez, sors ton mange-disque pour une séquence revival, un grand classique chez nous. La famille entière : grands-parents, enfants et petits-enfants, la sait sur le bout des doigts ! Et quand quelqu'un se risque à l'entonner, une quinzaine de personnes prolonge la performance, avec les voix et tout et tout, du grand art !
Je ne sais pas combien de trajets nous avons passé avec cette cassette (qui marche toujours), les parents la détestaient et nous...nous aurions bien gardé seulement celle-là.
C'est pas du récent récent mais c'est bon !
Je te laisse profiter...(yaquacliquersurlemiam)

jeudi 3 janvier 2013

La proposition du P'tit Prince pour 2013...


Se munir du carton d'un rouleau de papier cadeau, jouer un bon moment avec 
(fusée, pliages, fusil, tabassage de soeur, longue vue de marin...) et ...


s'apercevoir qu'on peut tout simplement 
changer son regard sur le monde en 2013.

Sinon, vous pouvez aussi vous coller des gommettes... (suggestions des associés P'tit Prince et Milou)