mercredi 31 octobre 2012

Le mercredi, c'est bibli : Devine combien je t'aime

Un livre que Milou aime particulièrement, mais que les autres avant elle avaient beaucoup aimé.


L'histoire de ce petit lapin qui voudrait savoir combien l'aime son papa et qui rivalise avec lui dans ses déclarations d'amour...Un album court (idéal pour un coucher rapide mais efficace et tendre !), plein de tendresse et d'amour, de douceur, de quoi mettre du baume au coeur les jours de grisaille ou de grosse bêtise.

mardi 30 octobre 2012

Les 5 petits bonheurs de la semaine





Vous n'avez pas un peu fini de râler  ? C'est quoi cette morosité, allez, on remue tout ça et c'est parti.

Inspirée par ,  est-ce que, comme moi, vous voulez participer aux 5 petits bonheurs de la semaine ?

lundi 29 octobre 2012

Authentique


« Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et alors, j’ai pu me relaxer. Aujourd’hui je sais que cela s’appelle… l’Estime de soi. Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions. Aujourd’hui je sais que cela s’appelle… l’Authenticité. »



Charlie Chaplin 


dimanche 28 octobre 2012

Acte II, scène 4 : Ciel



Acte II, scène  4. Le P'tit Prince, sa mère, ils reviennent du conservatoire sous une pluie battante.

- Maman ?
- mmm..
- Le ciel existe vraiment ?
- c'est à dire ?
- Quand on dit que Bonne-Maman est au ciel, elle y est vraiment ?
- Pourquoi tu demandes ça ?
- Parce qu'avec les copains, on avait tous des personnes mortes et on s'est dit qu'en sautant très haut, on arriverait peut-être à les rattraper...

vendredi 26 octobre 2012

Dis maman, on joue ?

Je viens de voir une émission sur les jouets "phares" de Noël...Et je crois que je vais être le pire des Père-Noëls car rien de ce qui a été présenté ne sera offert à mes enfants...LA marâtre !

Petit échantillon.

jeudi 25 octobre 2012

Acte O, scène 1 : Pizzaïolo


 

Acte 0, scène 1, une fois n'est pas coutume, c'est du père dont il est question, vous savez, le grand blond avé la chaussure. La scène se passe le soir, il raconte sa journée. Il parle, entre autres choses d'une pizzéria située au coin de la rue, pas fameuse quand nous sommes arrivés dans cette rue mais qui a changé de propriétaire depuis (tous les espoirs sont donc permis quant à une amélioration subite du produit). 

- Tu sais, machin, il a rapporté une pizza de cette pizzéria
- elles sont dégueus, non ?
- non, elles sont divines
- ah bon ?
- Oui, tu sais ils ont une pâte fine un peu comme une crêpe et ils sont généreux, ils mettent plein de choses dessus. et puis tu sais ils font (il fait le geste de celui qui fait tourner la pâte à pizza avec la main) de la pâte à yoyo !!!!!!!!

N'est pas grand blond qui veut....

Pizzaïolo mon chéri, c'est pizzaïolo le bon mot...Et c'est le nom du cuistot. C'est bien, j'ai gagné ma tranche de rire du jour grâce à lui.





mercredi 24 octobre 2012

Le mercredi c'est bibli : Mélanie Pilou




A partir de dorénavant, tout de suite, maintenant, le mercredi sera bibli ici. Qu'est-ce à dire ?
Que tous les mercredis, je vous fournis un p'tit extrait de mes best-of de bouquins qui m'ont plu, ont plu à mes loulous, ou à mes p'tits élèves.

Mélanie Pilou
On commence aujourd'hui avec Mélanie Pilou.

Un moins pour un plus ?

Prenez une famille, nombreuse ou  pas, une maman (un papa), débordé(e) ou pas, des enfants qui ont besoin de raconter leurs petites histoires, tout seul, sans spectateur, fut-il de sa fratrie (et c'est compliqué quand on a des tas de choses à faire), des conduites aux activités diverses et variées, pénibles ça c'est certain.

Changeons d'un millimètre  le point de vue :

lundi 22 octobre 2012

Histoires d'enfants

 Jusqu'à demain soir, sur Ventes Privées, il y a une vente d'éditeur de CD et livres CD pour enfants de très bonne qualité et à des prix défiants toute concurrence...De quoi commencer à préparer nos petits cadeaux de Noël. Quand on voit l'affiche, on se dit , ouais, ouais, faut voir, ça n'a pas l'air terrible, mais si, c'est top ! J'en avais déjà acheté quelques uns il y a deux ans et tout est super, les histoires avec CD, les CD sans livres, les CD de comptines. Tout est de bonne qualité. et en plus on y retrouve tous les grands classique de la littérature enfantine (vous, savez, ceux que l'on trouve difficilement à la médiathèque). Bref (ou vref pour Bibiche), des cadeaux parfaits !
D'ailleurs , C, si tu traînes par là, j'ai fait le plein pour ta fille !
Les miens aiment beaucoup ça à la maison ou en voiture.

Bonheur du jour, bonjour ! Youpi tralala



Bon, si Le petit bonheur ne partage pas son bonheur du jour, alors, à quoi sert-il ?
Aujourd'hui pour la première fois, j'ai gagné un jeu chez Maman Lapin et le cadeau, c'est elle qui l'a fait.
Merci à toutes les deux !
Et comme c'est la première fois que je gagne quelque chose,

vendredi 19 octobre 2012

La niaque, #2, est-ce que tu le crois ?



.

Suite de la niaque #1
- Maman, qu'est-ce qu'on mange ce soir ? Dixit Milou
- De la soupe à la tomate ( vous savez, celle au ketchup !)
- Chouette, j'adore cette soupe !!!
- ????????
- C'est ma soupe préférée !
-????????
- J'aime beaucoup toutes les soupes de toute façon.
-???????

Desperate ?

Pour rire...Quand on parle d'organisation, les mères sont désespérées, voilà une réponse à ce désespoir !
Quand les enfants sont c*****, je tapote le rythme de cet air avec les doigts...Les enfants peuvent ainsi sentir que l'orage approche...C'est un des airs que les enfants savent reconnaitre rien qu'au ryhtme ! Je le faisais avant de connaître cette version, mais maintenant, je trouve cela d'autant plus drôle. Le rôle de soupape du jeu de doigts en est augmenté !

jeudi 18 octobre 2012

Pass contraception versus Pass amour, vous choisissez lequel pour votre enfant ?



Moi j'ai choisi, c'est tout vu.

Lactel 3#

 Après notre conversation fumeuse  et illustrée de la semaine dernière...
Milou, oui, encore elle, me demande ce matin : "Pourquoi t'as effacé les beaux dessins qui étaient sur le tableau ?"
- Quels beaux dessins ?
- Ben les histoires de maman et de bébé...

Mon explication n'est pas tombée dans l'oreille non seulement d'une sourde, mais de deux ! Et elle trouve ça beau ! Comme c'était le but visé, je suis plutôt contente (un peu d'autosatisfaction, ça fait pas de mal et même que Pamela Druckerman, elle est d'accord avec moi, si, si)

mardi 16 octobre 2012

Automne



Je partage avec vous cette photo trouvée sur ce blog, pour voir l'automne et la pluie d'un autre oeil...
photo by chris glass via plenty of colour

lundi 15 octobre 2012

La niaque




Je vous avais déjà parlé de Milou, raconté ses bons mots, fêté son anniversaire etc.

Mais Milou, c'est surtout une niaque d'enfer, une volonté de rouleau compresseur qui l'a amenée successivement à être la Reine du périnée, la Teigne avec ses frères et soeurs, L'oedipienne avec son père. Bref... La niaque.

Dernièrement, sa mère pourtant plutôt volontaire s'est pris une bonne claque de niaque-attitude.
Parce que, chez Milou, la niaque, ça veut dire, "court toujours si tu veux résoudre notre problème avec une troisième voie". Faber et Mazlich, au secours !

Illustration (attention, âmes sensibles s'abstenir)

J1, Milou ne veut pas manger sa soupe Elle est passée dans la cuisine pendant la préparation et a décrété que, non de non, elle n'aime pas la soupe (soupe pourtant on ne peut plus classique, vous savez, la complète "carotte, poireaux, navets, pomme de terre"). Enfin si, seulement celle à la courgette et celle au poisson. Mais pas celle-ça. Elle décrète qu'elle n'a pas faim et qu'elle va aller se coucher. (pour elle, le problème est résolu). Le problème, c'est que, dès que le dîner n'est pas à son goût, elle prend la tangente et va se coucher. Pour se rattraper ensuite sur le goûter. Je décide cette fois-ci de ne pas me laisser faire. L'air de rien, finalement, c'est elle qui décide beaucoup de choses la concernant avec ses p'tits yeux bleus et ses petites nattes mignonnettes.
Soupière fumante... hummm!
On essaie quand même. Rien n'y fait. Tout le monde est à table mais l'effet d'émulation est nul.

Tu veux que je t'aide ? La bouche est vérouillée, impossible de passer la barrière et si d'aventure tu t'aventures, c'est vomito illico.

Le dessert ? Tu rêves.

Tu pourras regarder le film avec les grands quand tu auras fini ! Tu peux t'assoir dessus.

Un minuteur pour que le temps du repas ne dépasse pas l'entendement ? Elle regarde l'horloge du four les yeux fixes à moitié résignés à attendre, l'autre moitié frondeuse.

Je t'en enlève la moitié ? Rien ne se passe. Enfin si. Le temps.

Au bout du temps, elle va se coucher, sans avoir mangé.

J2. Le lendemain petit déjeuner normal, puis déjeuner réchauffé de la veille. Toujours rien
Goûter réchauffé du déjeuner. Toujours rien et toujours pas faim (enfin... pas la volonté de s'y mettre, on est en lutte, camarade, rappelle-toi ! Faut pas flancher)

Dîner réchauffé du goûter. NADA
On tente l'isolement. Puisque c'est comme ça, tu va manger toute seule ! La table Ikea des minus devient table du dîner dans notre chambre, avec une seule convive. Toujours rien. Enfin, si, Milou s'est levée et a fait par terre ce qu'il fallait pour nous emmerder au sens propre du terme, elle n'est pas la reine du périnée pour rien, faut que ça serve. Et si ses parents ne comprennent pas le message, c'est qu'ils sont complètements demeurés.

Parlementations au sommet. Essai de résolution (enfin, 4e ou 5e tentative de résolution), on cherche une troisième voie. Enfin, JE cherche une troisième voie. En face status quo.
Tout le monde va se coucher. Enervée pour l'une. J'envisage la vente sur ebay (oh ! inutile de faire la choquée, toi aussi, tu y as déjà pensé un jour, c'est ma manière à moi dévacuer mon énervement, j'envisage de les vendre sur ebay, parfois.). Zen pour l'autre, qui ne semble pas affectée plus que ça par cette grève de la faim. Elle va se coucher comme si de rien n'était.

J3 (et oui, quand même, on commence à envisager la guerre des tranchées, une guerre longue et sans merci comme tu as pu le constater)
Petit dèj normal ( j'ai un peu de coeur quand même, c'est la zone suisse de notre conflit)

Et déjeuner réchauffé du dîner précédent (enfin, la soupe a évolué, on en est à la soupe de tomate maison avec du vermicel dedans, vendue comme "c'est du Ketchup avec des nouilles, vas-y fonce !")

Rien ne se passe. Dans un premier temps.

On évoque son goûter d'anniversaire du lendemain en disant que, puisqu' elle a choisi d'être un bébé, alors inutile d'inviter des amis et comme l'anniversaire du P'tit Prince s'approche, après tout, on a qu'à inviter ses copains à la place.

....Pendant ce temps....Et si on goûtait cette soupe...

Puis viens le moment du fromage. Pour les autres.
Milou raffole du fromage et subitement met le turbo et finit tout ça en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Toute joyeuse, elle a finit sa soupe.

L'armistice est déclarée. Les signataires se retrouvent autour d'un gros bisou et de quelques câlins.

Fin

Guerre des nerfs usante. La mère va prendre des vacances. Mais quand même, une niaque pareille !
Je précise juste pour l'ASE, ce n'est pas la soupe qui ne passe pas, mais la petite soeur...

 

samedi 13 octobre 2012

Il n'y a pas plus réconfortant qu'un papa et une maman

Vous l'avez déjà constaté, j'ai du mal à me taire devant certaines décisions, certaines lois qui me semblent injustes, mépriser l'humanité.
Et puisque l'évidence ne semble pas si évidente. Puisqu'une "majorité" est prête à refuser aux enfants le droit à un papa et une maman. (cf les articles de Koz sur le sujet).
Voici une chanson dans laquelle cela coule de source...

vendredi 12 octobre 2012

Les bornes des limites

Le p'tit bonheur avait demandé au Père Noël des enfants calmes, obéissants, gentils, qu'on peut ranger quand on a envie d'être tranquilles. Seulement, le Père Noël n'existe pas. Et puis la vie serait bien tristounette s'ils étaient effectivement de cet acabi.
Qu'on se rassure, Au p'tit bonheur a des enfants normaux, infiniment normaux voire un peu pimentés. Gentiment pimentés, mais pimentés quand même. On a l'impression de lire toutes les pages de "J'élève mon enfant" de Pernoud (oui, chez nous, on est Pernoud). On pourrait illustrer chacune des pages, tellement ils sont appliqués à faire bien leur boulot de bébés puis d'enfant.(cf. : Oedipe ..).

Et parmi les enfants du P'tit bonheur, il y a l'Albatros (celle qui ne voulait pas devenir manoscope). Surnommée Mauricette dans son plus jeune temps. Porqué ? Parce que mademoiselle ne s'arrête jamais. La pédiatre l'avait, elle, surnommée "madame plus". Jamais rassasiée de chose à voir, à comprendre, à expliquer, à sentir. Petite, elle ne pouvait avaler quelque chose sans avoir un objet différent à découvrir en même temps et elle passait son temps à sentir toutes les odeurs de la maison, à toucher, caresser tout ce qui était à portée de sa main. Aujourd'hui, ça commence dès le matin, au p'tit dej,  avec des équations à résoudre et des questions existentielles du type " 3670, si on divise par 15, ça fait combien ?" ou "comment on fait les bébés ?" , tout est expérimenté, senti, touché, regardé, trituré, questionné et ça continue dès qu'on se rencontre dans la journée. C'est du non stop ! Et difficile de s'arrêter. Quand on a commencé à répondre à une question on est fichus. Tous les moments de la journée  sont susceptibles de contenir leurs "questions joker".
C'est sympa, c'est vivant, c'est affectueux mais c'est fatigant une Mauricette...


jeudi 11 octobre 2012

Edifiant

L'Albatros est en CM1 et, en CM1, le Moyen Age est au programme. Feuilletons, feuilletons ce qui édifie nos enfants.
Extraits choisis (soyons subjectifs jusqu'au bout !) :

mercredi 10 octobre 2012

Bringing up bébé

Bringing Up Bebe: One American Mother Discovers the Wisdom of French Parenting


Bon, dans mes lectures de l'été, je le confesse, j'en ai oublié une. Ma belle-soeur  (C. si tu me lis !) vivant aux US me l'a prêté en anglais. Du coup, je suis tellement fluente que j'ai mis 15 jours à le lire (je pense que j'aurais mis à peine deux jours à lire la version française, mais que ne ferait-on pas pour improver son english).



Alors, alors, ce "Bringing up bébé" de Pamela Druckerman...

C'est sûr, on s'offre des fleurs. Elle passe son temps à admirer notre manière de faire, ça fait toujours plaisir. A la lire, nos enfants font leurs nuits avant trois mois, avant ces mêmes trois mois, les femmes françaises ont retrouvé leur ligne, elles sont toutes sveltes et belles, on dirait qu'elles n'ont jamais eu d'enfant. Les enfants mangent de tout, ils sont polis, ne dérangent pas leurs parents à table, se tiennent bien, les crèches sont extra, i tutti quanti...
Ce que je pense...Que ce livre se lit vite et bien (même en anglais ! vocabulaire de base, tout tourne autour de bébé), que la manière d'écrire est plutôt sympathique, rigolote même et que, comme je l'ai dit précédemment c'est toujours agréable de se faire envoyer des fleurs. On réalise que nous faisons un certain nombre de choses en éducation, sans même y penser, seulement parce que c'est comme cela que l'on estime devoir élever les enfants en France. On prend conscience d'un certain consensus français en la matière. Cela étant dit, Pamela Druckerman est surtout restée à Paris et en banlieue "chic". Du coup son étude sur l'éducation à la française connaît nécessairement quelques lacunes. Elle n'a jamais été au Flunch de Bourges en plein été un vendredi soir, et ne peut imaginer ces scènes pathétiques d'enfants gras du bide, debout sur les tables avec une collection de tout ce qu'il y a de plus gras et de plus sucré dans leur assiette (qu'ils ne touchent pas) tandis que bobonne leur hurle dessus ou pas parce qu'ils prennent des frites dans l'assiette des voisins en courant et en hurlant partout. Le père, lui, mange comme un goret l'assiette pantagruélique qu'il s'est resservie pour la 4e fois...A vomir...
Oui, elle n'a pas fait dans cet exotisme-là Madame Druckerman. Elle s'est contentée de la "middle classe" pas si middle que ça, plutôt tendance high. Pour elle, aucune française n'a 10 kilos de grossesse à perdre encore 1 an après. Nous sommes chez les bisounours, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.
Du coup on se dit qu'on lui payerait bien un aller-retour en province et en banlieue - la vraie- pour comprendre qu'il  y a un pan entier qu'elle n'a pas vu.
En conclusion : Très bonne analyse du microcosme éducatif ouest parisien. De là à généraliser à la France entière, je doute.

Edit du 12 octobre : Je n'ai rien contre les habitants de Bourges...Qu'on se rassure ! C'est juste que nous passons par là lors de nos périples familiaux et qu'au milieu de l'été, un vendredi soir, nous avons eu un spectacle édifiant (enfin, qui nous a édifié...), mais peut-être que c'était un rassemblement particulier et à ce titre, ce n'est pas représentatif. Peut-être...



Faudrait pas nous prendre pour des c...

Acte I, scène 6, la mère, l'Albatros, dans l'entrée, on se prépare à partir à l'école après le déjeuner et le plein du matin n'est pas encore totalement rangé. Il reste un paquet de lingettes, et une bouteille de shampoing pour enfant.

- Maman ?
- Oui ?
- Ils donnent vraiment des formes idiotes aux bouteilles de shampoing pour enfant. C'est parce que c'est pour les enfants ?
-...

Amis designers, voyez ce qu'il vous reste à faire !



mardi 9 octobre 2012

Lactel suite

La réponse aux questions, admirez le shéma final à 7h30 le matin !
 Après milky way, voici mon petit déjeuner de ce matin, en images.
Nous évoquions la naissance du p'tit Prince, né 5 jours après terme.
La question de départ de l'Albatros : pourquoi le bébé ne tombe pas quand il est dans le ventre de la maman ?
On a parlé bouchon, col, puis graines, puis ovules puis spermatozoïdes, puis utérus, puis moquette pour que l'oeuf puisse être accueilli, puis jumeaux, triplés, quadruplés, réserve de graines, et chez les garçons ? Et comment il fait pour se déplacer le spermatozoïde ? Et comment ils font quand ils arrivent à plusieurs près de l'ovule ? etc...


Ah, ouais...Si j'ai bien compris, ça donne ça !

Oui, c'est à peu près ça, range ton bol, va te laver les dents et mettre tes chaussures.

Et au lieu de mettre ses chaussures, à 8h10 dans sa chambre...
Appropriation sur un coin de feuille...On constate au passage le soin de ma fille pour ses affaires...
A priori,  l'UV est validée.


Merci l'Albatros. Elle n'a pas ses chaussures, elle est sale comme un ramoneur, son lit n'est pas fait, elle n'a évidemment pas son manteau, ni son cartable. Mais elle a compris.

Sa conclusion : bon, ben puisqu' il te reste quelques graines, on va pouvoir avoir pleins de frères et soeurs. Comment ça non ? T'avais déjà dit ça après Milou et finalement Choupi est arrivée ...

Le p'tit Prince a dit puisque c'est ainsi, nous reviendrons mercredi y en a marre de parler des mamans et de leur ventre le matin.

Ma question, puisqu' après tout, c'est mon tour :

Est-ce une bonne idée d'avoir un tableau blanc dans sa cuisine ?


 (le son de la vidéo n'est pas terrible...)
6 - Pas plus compliqué que ça : Aldebert par cosane54

6

6 ans que le p'tit Prince est arrivé, 5 jours après la date prévue. J'entamais avec une joie non dissimulée mon 10e mois de grossesse, presque aussi bien que la baleine bleue (11 mois). On croyait que tu n'arriverais jamais et quelques heures avant le déclenchement prévu, tu as pointé ta tête. Quand on me demandait si tu étais beau, je répondais "il a une bouille incroyable". Bien que très ressemblant aux trois autres, tu a ton petit air bien à toi. Et surtout une logique imparable et poétique, d'où ton surnom.
Tu nous fais rire avec tes raisonnements, tes réflexions, ton petit monde.
Tu es toujours attentif aux autres, le premier à penser à celui qui n'est pas là, à garder une part...
Tu sais être aussi bien pénible quand tu t'ennuies et tu es triste de n'avoir pas eu un petit frère plutôt qu'une petite soeur.
Tu aimes beaucoup te déguiser. Dès que tu rentres, les déguisements sont de sortie, un jour un clown, l'autre Robin des Bois ou encore un chevalier.
Tu aimes beaucoup les spectacles qui te mettent des étoiles pleins les yeux. Si on y va avec toi, le spectacle est dans tes yeux qui étincellent.
Tu as beaucoup grandi ces derniers temps, devenant plus raisonnable, plus capable de faire des efforts, capable même d'apprendre à lire tout seul.
Bravo mon grand,
Et bon anniversaire !

lundi 8 octobre 2012

Derrick, sors de chez moi !

L'objet du délit
Le grand blond avait depuis quelques temps une lubie. Acheter un téléphone des 70's. Pourquoi, parce que chez le grand blond, les 70's, c'est magique, c'est son enfance. C'est un peu son mistral gagnant. Et ça marche pour les voitures (c'est un fan absolu de la SM Maserati, les initiés pourront tout de suite imaginer l'ampleur des dégâts), pour les meubles qu'il faut absolument laisser dans leurs jus (même si c'est branlant, bouffé par les vers, limite dangereux et surtout quand ça ne va pas du tout avec la déco de la pièce), pour la décoration des pièces (c'est beau de la peinture qui s'écaille, un papier peint déchiré, ça fait maison qui a une âme...)

Moi  aussi c'est mon enfance, mais de là à récupérer cette pièce maîtresse, peut-être pas quand  même...
Nous avons écumé toutes les brocantes et braderies à la recherche de ce Graal.


Et il l'a trouvé.

Et il a joué.

Tout le week-end.


"DRING, t'as vu, ça sonne bien ? Hein ?"

"DRING, ah, cette sonnerie, c'est le kif intégral !"

"Allez, je me fais un p'tit plaisir DRING"
(quand on le raccroche, j'avais oublié ça, le téléphone émet un petit DRING de satisfaction) (trop chouette)

J'ai tenté de le cacher dans notre chambre, si tu sais, c'est pas pratique dans l'entrée, moi j'ai besoin d'un téléphone sans fil, pour pouvoir répondre et circuler en même temps. Rien n'y a fait.
Il l'a branché dans l'entrée.

"Tiens on va voir si ça marche !"

"DRIIIIIIIIIIING, DRIIIIIIIIIIING, DRIIIIIIIIIIIING, DRIIIIIIIIIING"

"Ah oui ça marche" (et merde :(  )

"Ecoute, écoute, t'as pas entendu, c'est dingue cette sonnerie,  "

"DRIIIIIIIIIIING, DRIIIIIIIIIIING, DRIIIIIIIIIIIING, DRIIIIIIIIIING"

"Et ce son, ce son, écoute, on peut même,quand les enfants font trop de bruit, mettre l'écouteur "(ah le truc de dingue) (le comble de la modernité)(il fallait y penser)

Et est-ce qu'il y a le répondeur quand même ? Allez on va voir ....
"DRIIIIIIIIIIING, DRIIIIIIIIIIING, DRIIIIIIIIIIIING, DRIIIIIIIIIING" ah oui  (et oui, si c'est pas triste)

....


Bref, je songe à monter une association des victimes de Derrick.


DRING (pour la route...)

samedi 6 octobre 2012

Acte I, scène 6 : Milky way




Acte I, scène je ne sais plus trop combien, l'Albatros, 6 ans à l'époque, sa mère. C'est l'heure du petit déjeuner. La scène se passe dans la cuisine.
-Maman ?
-oui ?
- Comment elle s'ouvre cette bouteille de lait
- Ben, tu vois, tu prends des ciseaux...
-Maman ?
- Oui ?
- Comment on fait les bébés ?
-Qu'est-ce que tu veux savoir exactement ?
- ben, comment ils sortent du ventre ?
- C'est pas compliqué, j'vais tout t'expliquer...
...[...]
à peine le temps de commencer mon explication...
- Tu préfères quoi comme confiture ?

Mystère des circonvolutions du cerveau enfantin...

Lactel n'a rien inventé !
 
Henri Dès chante Le Petit Zinzin par HenriDes

jeudi 4 octobre 2012

Ras-la-basket



J'envoie le tuto si besoin (je n'arrive pas à insérer de fichier pdf sur blogger, si quelqu'un sait faire !)

mardi 2 octobre 2012

Acte II, scène 2 : Giant

Acte II, scène 3, Le p'tit Prince, son père. La scène se passe le soir. Le P'tit Prince est en pyjama.

Le p'tit Prince (6 ans) dit avec une voix blanche à son père :
- Mais, Papa, t'as vu mon zizi ?
-Ben quoi ?
- Mais depuis ce soir, il est gigantesque !

(Le père imagine le pire, déjà que l'Albatros présente des signes de puanteur adolescente, alors faudrait pas qu'il s'y mette aussi) (le père dirige tout doucement son regard vers l'objet de son stress).








- Regarde, Papa, j'ai accroché mon gros sac de billes à mon bas de pyjama. (et de rire !!!!!)

lundi 1 octobre 2012

La maison France truc

maison de luxe 336x252 Conseils de luxe Chambre Décor photos
Le P'tit bonheur, même s'il n'en a pas encore parlé ici ( encore que, vu certains liens, on peut s'en douter...) apprécie beaucoup la déco. Pour ce faire, il ne recule devant aucune émission, revue, visite, brocante...(ou presque).

Et donc, hier soir, en replay, le p'tit bonheur regarde "La maison France truc". Petit florilège, ce qui est en bleu n'est que pure citation de l'émission : Le sol et le jardin évidemment conçus avec le paysagiste de Versailles (autant prendre le meilleur). On voit la piscine depuis le salon, ce qui permet de surveiller les enfants (vaste blague !) Le fond de la piscine est mobile pour pouvoir agrandir la pièce,(il fallait-y penser !) et plus de sécurité pour les enfants puisqu'on peut régler la profondeur. (hihihi ! j'adore la notion de sécurité alors que la piscine est de plein pied dans la maison !) Dès qu'on arrive dans ce chalet, on voit où on est : on voit la piscine, le jacuzzi,  la cave à vin (juste en face de la porte d'entrée) et l'escalier "sculpture"(comprendre qu'il faut au plus vite montrer le fric qui transpire par tous les pores). 5 chambre et un appartement du personnel (nous n'avons pas les mêmes valeurs, Madame Bordeau Chesnel)  On a utilisé des matériaux très particuliers. Le sol ? de la pierre de cardoso, avec un calepinage (un quoi ?) différent dans chaque pièce (excusez du peu), le canapé gainé en cuir d'autruche (siouplait!), sièges en velour de soie (c'est pratique, peu salissant, idéal dans une maison avec des enfants, ben, oui, on nous a montré une chambre avec des lits superposés), le coin petit déjeuner/goûter des enfants en cuir ciré (où les enfants ne peuvent pas déjeuner, ni dîner, ce serait trop cheap, je crois que je vais reprendre l'idée d'une multitude de lieux de repas dans ma vaste demeure francilienne), table de jeu en galuchat, et les rideaux, c'est de la laine ? non, c'est du cachemire (regard gourmand qui en dit long...), et les voilages en soie naturel,  et ce buffet ? Ce buffet est en corne de buffle. Sur cette table en béton de marbre ciré incrusté de LED, le propriétaire a fait graver une phrase pour résumer son état d'esprit, (merci Oscar Wilde) : "j'ai les goûts les plus simples, je me contente du meilleur". ( Quelle sobriété, quelle simplicité, ça fait plaisir ! Se contenter de si peu, quelle humilité) Comment fait-on pour composer avec un tel volume ? (ça je me le demande bien, y en a qui  ont pas des vies faciles, on imagine pas les problématiques soulevées par ce genre de maison, c'est in-fer-nal !) Les buches de la cheminée ont-elles été chinées dans la région ? oui, oui, bien sûr !(chiner des bûches, alors ça c'est pas mal, jamais vu !). Le ton utilisé, la voix des proprios rajoute encore à l'étalage des vanités. Si l'intérieur des maisons révèle toujours un peu de la personnalité des occupants, je doute d'avoir envie de rencontrer ceux-là.
Bon j'arrête là, je crois que vous avez compris.



Le petit bonheur se fait une réflexion - oui parfois je réfléchis- Est-ce que ce n'est pas indécent ? Parce que posséder tout cela, pouvoir s'offrir le meilleur, pourquoi pas ? ça fait vivre des artisans, cela maintient des domaines d'excellence en France. Tant mieux. Mais l'offrir en pâture au vulgum pecus qui a du mal à boucler les fins de mois...ça me met mal à l'aise en ces temps de crise. Voire ça me donne la nausée. Y a comme un décalage entre cette réalité de happy few et la réalité quotidienne de la majeure partie des gens. Toute la vanité qui transpire de cette maison ne me fait pas rêver. J'imagine mal (peut-être à tort), que ces personnes puissent profiter véritablement des menus plaisirs de la vie. Bref, ça ne me fait pas envie du tout, bien au contraire. On pourrait peut-être leur suggérer de nous faire rêver avec ce que certains ont réalisé avec trois fois rien. ça deviendrait du rêve à portée de la main, non ?

Bilan : faut que j'arrête de regarder cette émission, je crois que je vais devenir mauvaise...