vendredi 17 février 2017

Le porteur d'eau



En Inde, un porteur d'eau avait deux grands pots qu'il portait sur ses épaules, accrochés aux deux extrémités d'une perche. L'un des pots était fêlé, tandis que l'autre était parfait. Chaque jour, le porteur d'eau allait remplir ses pots au ruisseau et les ramenait à la maison du Maître/ Le pot parfait arrivait complètement rempli tandis que le pot fendu, laissant échapper son eau, arrivait seulement à moitié plein.

Evidemment, le pot parfait était fier de ses dons : il remplissait extrêmement bien le rôle pour lequel il avait été créé. A l'inverse, le pot fendu avait honte de son imperfection, il se sentait misérable parce qu'il ne pouvait accomplir que la moitié de ce pourquoi il avait été conçu. Un jour, au bout de deux ans, il parla au porteur d'eau alors qu'ils se trouvaient près du ruisseau :

"J'ai honte de moi et je veux m'excuser.
- pourquoi, demanda le porteur d'eau, de quoi as tu honte ?
- Durant ces deux années, je n'ai été capable de faire que la moitié de ma tâche parce que cette fêlure me fait perdre de l'eau tout au long du retour, jusqu'à la maison du Maître. Et à cause de mon imperfection, tu as du travail supplémentaire et tu n'es pas pleinement récompensé de tes efforts."

Le porteur d'eau se sentait tout désolé pour le vieux pot fendu. Dans sa compassion, il lui dit :  "Rentrons à la maison du Maître, et je veux que tu fasses attention aux jolies fleurs qui ont poussé le long du chemin."

Comme ils remontaient la colline, le pot craquelé remarqué que le soleil chauffait de belles fleurs sur le côté du chemin, et cela le réjouit. Cependant, sur la fin du trajet, il se sentit de nouveau malheureux : comme à l'accoutumée, il avait perdu la moitié de sa charge. Il s'excusa encore auprès du porteur d'eau pour son échec. Le porteur lui dit: "As-tu remarqué qu'il y avait des fleurs seulement du côté de ton passage, et non du côté de l'autre pot ? c'est parce que j'ai toujours su que tu avais ce défaut, et je l'ai tourné en avantage. J'ai planté des graines seulement du côté de ton passage et chaque jour, lorsque nous revenons du ruisseau, tu les arroses. Pendant deux ans, j'ai pu cueillir ces jolies fleurs pour décorer la table de mon maître. Sans toi, tel que tu es, il n'y aurait pas cette beauté pour donner de la grâce à sa maison."

Source : La psychologie positive avec les enfants. Agnès Dutheil


lundi 6 février 2017

Mon âne, mon âne a bien mal...


« Un jour, l’âne d’un fermier tomba dans un puits.
L’animal gémissait pitoyablement depuis des heures, et le fermier se demandait quoi faire. Finalement, il décida que l’animal était trop vieux et que le puits devait disparaître de toute façon. Il n’était donc pas rentable de récupérer l’âne.
Il invita tous ses voisins à venir l’aider.
Tous se saisirent d’une pelle et commencèrent à combler le puits.
Au début, l’âne réalisa ce qui se produisait et se mit à crier terriblement. Puis, au bout de quelques secondes, à la stupéfaction de chacun, il se tut. Quelques pelletées plus tard, le fermier regarda finalement dans le fond du puits et fut très étonné de ce qu’il vit : à chaque pelletée de terre qui tombait sur lui, l’âne faisait quelque chose de stupéfiant.
Il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus.
Pendant que les voisins du fermier continuaient à pelleter sur l’animal, il se secouait et montait dessus…
Bientôt, à la grande surprise de chacun, l’âne sortit hors du puits et se mit à trotter ! »
Bilan : Peu importe les problèmes que nous rencontrons et les jugements que l'on peut porter sur nous, réfléchissons, changeons de stratégie et grimpons dessus pour nous élever.

vendredi 3 février 2017

Activité volcanique



J'ignore comment les choses se passent chez vous, mais chez moi quatre volcans ont élu domicile. Un volcan c'est sympa parce que ça fertilise la terre tout autour et qu'on peut y faire de splendides récoltes, la fertilité y est sans égal. Mais lors de l'éruption, on se demande bien qu'elle idée nous a prise d'aller un jour nous installer sur ses flancs et on oublie instantanément toutes nos bonnes impressions.

Dans ces moments d'activité volcanique intense, on a quelques difficultés à se souvenir des bons moments de récolte. Difficile effectivement de trouver charmant et aimable cet ado qui vocifère, qui vous sort par les yeux avec son cahier de doléance inépuisable, sa mauvaise fois infinie et j'en passe. Compliqué aussi de voir dans cet enfant qui hurle dans toute la maison, dont on obtient pas la coopération, qui nous demande de répéter cinquante fois la même chose, cette prunelle de nos yeux que l'on aime plus que tout.

Alors, pour ces moments volcaniques, je vous propose de vous rédiger une petite liste de 25 raisons pour lesquelles vous aimez votre enfant. Choisissez-les tous si vous pouvez, mais celui qui vous met le plus dans tous vos états plus particulièrement si vous n'avez pas le temps de le faire pour tous.
Allez hop, un papier, un crayon et on liste toutes ces bonnes raisons et on garde la liste bien au chaud pour les moments où nous vacillons.

Parce que les volcans, je les préfère comme ci-dessous mais que pour obtenir un beau volcan, il en faut des éruptions....

mercredi 1 février 2017

Comme les 5 doigts de la main


Me revoilà enfin après quelques semaines très chargées !
Ces semaines ont été, entre autres, l'occasion de rencontrer Florence Peltier de Deux heures pour. Vous connaissez peut-être, j'en ai déjà parlé ici, ce site qui délivre très régulièrement des petits trucs tout simples, des petites astuces, des réflexions pour nous aider à faire ces petits pas chaque jour, ces améliorations qui ne nous demandent pas de gros efforts, qui nous paraissent anecdotiques mais qui mises bout à bout nous font progresser à pas de géant.

Voici un de ses "trucs" pour aider nos enfants (et nous-mêmes) à avoir plus confiance en eux.
Comme toujours sur ce blog, une proposition qui nécessite un matériel extrêmement limité. Une main. Vous avez juste besoin d'une main. Donc si vous êtes manchot d'une main, ça marche toujours. Et si vous n'avez plus de main, empruntez celle d'un ami.

lundi 23 janvier 2017

Allez, on se motive !



Une semaine bien dense m'attend, alors rien de tel pour se donner la patate !

lundi 16 janvier 2017

Le samedi on joue : Comment j'ai adopté un gnou...


Voilà notre jeu star de ce Noël, un petit jeu hyper pratique à emporter partout (il tient dans une poche ! A peine plus gros qu'un portable !).

Ce petit jeu est idéal pour rompre la glace, détendre l'atmosphère lorsqu'elle est tendue et surtout passer un bon moment de grand n'importe quoi, de rire, de partage.

vendredi 13 janvier 2017